La participation des jeunes dans le CGIAR Dryland Systems CRP 11 !

YPARD a été invité en tant que partenaire et représentant officiel de la jeunesse lors du lancement de em>CRP1.1/em> qui s’est déroulé du 21 au 23 mai 2013 à Amman, en Jordanie (CGIAR -ICARDA), pour discuter fortement> de l’importance des jeunes dans la mise en œuvre du CRP1.1 du GCRAI sur les systèmes des terres sèches pour atteindre son impact/forte>.

Il s’agissait seulement de donner des indications générales sur la façon dont la participation des jeunes pourrait se faire dans le cadre du programme. La YPARD a présenté un panel pour mettre en évidence les concepts et les idées clés pour l’autonomisation et l’inclusion des jeunes. Ensuite, nous avons soutenu ces idées lors des discussions de groupe portant particulièrement sur le plan de mise en œuvre régionale, afin de s’assurer que les jeunes font explicitement partie des plans de travail. Comment mettre le décor en quelques mots? -> 17 femmes sur environ 200 participants, pas beaucoup plus de « jeunes », une majorité de chercheurs, et très peu d’ordinateurs portables en passant… Il a été convenu que cela ne devrait pas se reproduire.

Conseils sur les activités de la CRP1.1, y compris les jeunes

La YPARD a donné un certain nombre de suggestions sur la façon d’habiliter les jeunes en fonction de l’approche des jeunes décrite dans la proposition de la CRP1.1, au cours d’une présentation de 10 minutes. Pour en savoir plus, lisez le document de présentation de la YPARD sur la façon de faire participer les jeunes à la CRP1.1 pour obtenir un impact et la présentation PowerPoint.

En bref, les approches proposées étaient :

  • Recherches axées sur les aspects de la jeunesse : rôle de la jeunesse, S&E des activités de la jeunesse, meilleures pratiques de participation des jeunes
  • Renforcement des capacités : technologique, institutionnelle, entreprise/innovation, recherche, renforcement de l’esprit critique des jeunes
  • Mentorat : par le biais d’activités au niveau des politiques à travers la « Plateforme d’innovation » – et au-delà : au niveau technique et institutionnel
  • L’inclusion des jeunes dans les débats politiques pour répondre à leurs besoins spécifiques
  • Les jeunes joueront un rôle clé dans le partage de l’information, notamment entre les régions

Les principaux éléments critiques ont été mis en évidence – la nécessité de :

  • Données ventilées selon l’âge
  • Représentation des jeunes dans les équipes stratégiques nationales ou régionales
  • Besoins de renforcement des capacités identifiés au niveau local
  • Mentorat des jeunes/senior
  • Jeunes inclus dans les débats politiques

Groupe de discussion : Les OID, le plan régional et la composante Jeunesse

L’événement a proposé deux groupes de travail clés, axés sur 1- les 7 résultats intermédiaires de développement (IDO) et 2- les plans de mise en œuvre régionaux.

En tant que représentant d’un « thème transversal », j’ai été invité à participer aux discussions dans chaque groupe, pour m’assurer que l’aspect jeunesse est abordé pour chaque IDO et dans chaque région. Cela n’était pas possible en raison du nombre de groupes et de la nécessité d’engager des discussions approfondies dans chaque groupe.

Dans l’ensemble, les aspects relatifs à la jeunesse sont apparus par le renforcement des capacités, le besoin de données ventilées par âge et impact, l’aspect relatif à la jeunesse à inclure dans le cadre juridique, une plus grande participation des jeunes aux événements et aux formations, La YPARD a également été reconnue comme un exemple de soutien des experts afin de déterminer officiellement les besoins entre les parties prenantes à travers un processus participatif et à travers la Plateforme d’innovation. Cela a été particulièrement soutenu par le groupe de l’Afrique de l’Ouest, du Sahel et de la Savane sèche où j’ai directement contribué.

Réforme des politiques/h4>

Au cours des cinq prochaines années au niveau régional, chaque groupe a dû identifier les enjeux de recherche prioritaires et les principaux résultats de recherche au cours des deux prochaines années.

J’ai choisi le groupe qui m’a semblé le plus difficile en termes d’inclusion des jeunes tout en étant l’un des plus cruciaux : réforme des politiques… : em>Politique Réforme éliminant les contraintes et incitant les ménages ruraux à s’engager dans des pratiques plus durables pour intensifier et améliorer la résilience. /em>

Nous avons convenu avec mon groupe que les jeunes ne devraient pas être un domaine de recherche particulier, mais plutôt un aspect transversal pour chaque question liée à l’agriculture. Il s’agissait de la recherche sur le contexte de mise en œuvre de l’innovation agricole, l’accès au financement, la réorganisation des terres, les incitations à l’intensification et à la durabilité, la recherche sur l’approche du développement rural (approche descendante; approche ascendante)., la migration et l’urbanisation, les politiques existantes et nécessaires pour soutenir les programmes agricoles adaptés.

J’ai été confronté au défi de donner de l’importance à un thème transversal. En effet, dans l’esprit des gens, être « transversal » signifie « ne pas être abordé directement », mais par d’autres sujets. On a donc tendance à penser qu’il ne faut pas insister là-dessus. Il a été considéré comme une approche parmi d’autres et – bien qu’important – comme un « détail » à ne pas mentionner à ce niveau. Cependant, il faut noter que les mécanismes et les sujets de recherche doivent encore être identifiés pour s’assurer que le thème transversal est abordé à travers.  Les participants réfléchissaient aussi principalement à travers une perspective Gouvernement – Recherche – Agriculteurs sans tenir compte des autres acteurs et des différents attributs des personnes.

J’ai particulièrement insisté sur la nécessité de veiller à ce que les données ventilées selon l’âge soient solides afin d’extraire des données sur les jeunes, le cas échéant, tout au long de ces sujets.

Il a été convenu que les extrants attendus de cette initiative sont les suivants :

  • Vue d’ensemble des politiques historiques et des impacts des politiques sur le secteur agricole
  • Vue d’ensemble des politiques répondant aux besoins spécifiques des jeunes et des recommandations pour l’autonomisation des jeunes/li>

forte>les jeunes ont des limites et des besoins spécifiques qui prouvent l’importance d’un soutien adapté à partir de politiques spécifiques/forte>.

Soutenir les jeunes en agriculture versus promoting agriculture among the youth

L’un des principaux commentaires que j’ai formulés était que l’accent devrait être mis sur l’attraction des jeunes dans l’agriculture. Je ne pensais pas qu’il serait si difficile d’affirmer que le fait de soutenir les jeunes qui SONT en agriculture est la meilleure façon d’attirer d’autres personnes à se joindre au secteur/forte>.

Il semble qu’on oublie qu’il Y A actuellement de jeunes professionnels en agriculture. Il suffit de regarder YPARD pour le prouver.

La réfutation fondée sur le fait qu’ils ne sont pas majoritaires et ne devraient donc pas attirer l’attention n’est pas acceptable et va à l’encontre…productives : c’est en habilitant ces quelques-uns que nous créerons les incitations les plus fortes pour les autres à relever le défi de s’impliquer dans le secteur et d’être assez confiants

Construisons un environnement convivial pour les jeunes et les jeunes viendront! Vous ne les aurez jamais intéressés autrement et perdrez ceux qui sont déjà impliqués. Il était assez intéressant que le plus sceptique à ce sujet (ou le seul qui l’a exprimé ouvertement) était en fait un jeune professionnel. Grâce à des discussions fructueuses, nous sommes parvenus à une compréhension et aux résultats des discussions sur les « réformes des politiques », comme nous l’avons indiqué ci-dessus.

La nature de la jeunesse en tant que thème « transversal » semble en être la raison. Il est convenu et bien appuyé que les jeunes devraient être pleinement inclus dans le programme à titre d’approche transversale et ne devraient pas être traités comme un sujet isolé et mis dans une boîte. Cependant, en tant que thème transversal, il est considéré (à tort) comme une composante implicite et cachée qui ne nécessite donc pas d’attention managériale spécifique.

À l’inverse, nous estimons qu’il ne suffit pas de confier à tous les intervenants la responsabilité de veiller à l’intégration des jeunes et qu’il devrait y avoir un point central au sein du conseil d’administration du programme pour orienter et surveiller la situation. Il existe pour les questions de genre. Il semble essentiel de faire en sorte que l’aspect des jeunes soit pris en compte, au-delà de l’enjeu de la YPARD en tant que partenaire, de la même façon qu’il existe pour l’approche sexospécifique.

Mesure de suivi!

La participation d’YPARD au CRP1.1 Le lancement n’est que la fin du début et le début d’un long chemin pour assurer l’inclusion des jeunes dans la mise en œuvre du programme.

YPARD a été confirmé comme un partenaire important avec lequel travailler à long terme afin de s’assurer que les jeunes obtiennent son intérêt tout au long du programme. Les discussions doivent se poursuivre afin d’affiner le plan et de construire une solide collaboration et des mécanismes pour atteindre cet objectif, à différents niveaux. Consultez les photos de l’événement sur le compte flickr CRP Drylands.