Jeunesse dans le programme d’agriculture clé pour engager les jeunes

Ces bananes grillées?  « J’ai demandé, alors que mon collègue Ado regardait en hochant la tête contre moi. « Posons-lui la question », a-t-il dit. C’est incroyable! De nombreux types de produits agricoles frais sont vendus le long des rues d’Accra. Tout ce que la dame pouvait nous dire était que les bananes comme les fruits sont appelés plante selon sa prononciation.

On pourrait s’étonner du destin et de la mission des promenades apparemment imprévues par les deux gars; Zambien et Ethiopian YPARDians. Moins à l’attente de beaucoup, ils sont anxieux et désireux d’apprendre comment le Ghana a réussi à faire dans l’agriculture; Les jeunes sont-ils impliqués dans l’agriculture au Ghana? Si oui, le gouvernement les appuie-t-il et comment? Beaucoup de ces questions les embrouillent et ils se déplacent autour de la réflexion sur les délibérations de la 6e Semaine africaine des sciences agricoles.  À quelques mètres du Accra Art Centre, un panneau de facture de taille moyenne brille avec des écrits verts. Nos yeux se sont réjouis, alors que nous criions tous les deux « Youth in Agriculture Programme ». Rapidement, nous avons effectué un roulement pour localiser les bureaux afin que nous puissions en apprendre davantage sur le programme.

Le cœur battant de peur, alors que nous nous apprêtions à entrer dans des bureaux importants sans rendez-vous, nous sommes allés directement à ces beaux bureaux en bois, bien structurés et construits. Et rapidement, nous avons identifié le secrétariat du Programme Jeunesse en Agriculture au Ghana. Après avoir obtenu la permission du registre, nous sommes passés à autre chose, avons frappé à la porte et dès que nous nous sommes présentés, le jeune homme a étendu ses mains et a doucement crié, Akwaaba! (Akwaaba signifie Bienvenue dans la langue ghanéenne) M. Gao Francis est coordonnateur de l’aquaculture et des pêches au secrétariat du programme Jeunesse en agriculture du gouvernement du Ghana. Il a pris le temps de discuter avec nous et nous a expliqué un programme inspirant pour les jeunes.

Le Programme Jeunesse en Agriculture (YIAP) est une initiative du Gouvernement du Ghana (GOG) dans le secteur agricole dont l’objectif est de motiver les jeunes à accepter et à apprécier l’agriculture/la production alimentaire comme une entreprise commerciale, et de faire de l’agriculture une vocation de vie. Le YIAP a la tâche et la responsabilité de mobiliser les jeunes à prendre l’agriculture et ses autres activités connexes comme vocation de la vie. Ce faisant, les avantages suivants seront tirés de l’emploi pour les jeunes, grâce à la fourniture de services de tracteurs et d’intrants agricoles.

  • Faire accepter l’agriculture par les jeunes comme une entreprise commerciale;
  • Générer un revenu appréciable pour répondre aux besoins domestiques et personnels des agriculteurs;
  • Les jeunes amélioreront leur niveau de vie grâce à un revenu amélioré.
  • Les jeunes seront motivés à rester dans les zones rurales, car les intrants seront livrés à leur ferme, sur la base du crédit et sans intérêt,
  • Produire suffisamment de cultures vivrières, de viande et de poisson en utilisant des méthodes modernes.

Le programme Jeunes en agriculture comporte quatre (4) volets :

    1. Cultures / Exploitation en bloc
    2. Élevage et volaille
    3. Pêches/Aquaculture et
    4. Agro-industrie

Dans son explication rapide et riche, Francis a expliqué à quel point le programme est bénéfique pour faire participer les jeunes à l’agriculture. Il a raconté que les jeunes reçoivent des contributions sur credit et qu’ils sont tenus de payer sans intérêt, en nature ou en espèces. Il a déclaré que le gouvernement a également mis en place une stratégie pour fournir un marché fort/fort> pour tous les produits que les jeunes agriculteurs produisent. Cependant, ce marché n’est pas un mandat que tous les jeunes agriculteurs doivent vendre au gouvernement; le marché est là pour s’assurer que ceux qui n’ont pas de marché pour leur produit peuvent le vendre au gouvernement.

Les jeunes agriculteurs sont organisés en coopératives par l’entremise desquelles ils obtiennent des crédits d’intrants du gouvernement. Il n’y a aucun collatéral en cause et tout ce que les jeunes ont à faire, c’est de travailler avec les services nécessaires pour obtenir des terres du gouvernement ou du village. L’absence de garantie pour accéder au crédit d’intrants permet à un plus grand nombre de jeunes agriculteurs de s’engager dans l’agriculture. Il est clair que le programme vise la politique, la stratégie et la durabilité. Une politique enrichie mise en place, une stratégie viable adoptée et la durabilité maintenue. C’est un excellent programme dont d’autres pays peuvent tirer des leçons.

Oui, en effet, le Ghana est capable d’atteindre l’OMD 1 avant la date limite, il a plus que réduit de moitié les niveaux de la faim et se présente comme un exemple. Il est important de noter qu’il est clair que les jeunes jouent un rôle important dans le développement de l’agriculture et la réalisation de la sécurité alimentaire. Tous les gouvernements, et en particulier les ministères de l’Agriculture, sont appelés à tirer des leçons du programme Jeunesse en agriculture efficace et réussi et à mettre en place des politiques, des stratégies et des budgets pour soutenir des programmes similaires dans tous les pays africains.

Oui, car il faut agir, comme le dit le Président du FIDA : « Pour réussir dans l’agriculture, les femmes ont besoin de ressources et d’intrants agricoles, ainsi que d’un accès aux finances rurales, à l’éducation et au savoir. Ils ont également besoin de droits sur la terre qu’ils cultivent et d’une voix dans les décisions qui touchent leur vie. Une productivité et un revenu plus élevés n’améliorent pas automatiquement l’état nutritionnel. » IL EST TEMPS POUR L’AFRIQUE D’AGIR POUR QU’ELLE SE NOURRISSE ELLE-MÊME.