Trois jeunes scientifiques étudient la détérioration post-récolte du manioc

Le fait que la détérioration physiologique post-récolte (PPD) soit l’un des goulots d’étranglement les plus importants dans les chaînes de transformation du manioc n’est peut-être pas nouveau, car c’est l’un des plus grands défis auxquels sont confrontés les producteurs de manioc, mais que trois jeunes scientifiques s’intéressent vivement à un effort à long terme pour relever ce défi s’avère tout à fait encourageant.

Luis Augusto Becerra, biologiste moléculaire au Programme du manioc du CIAT, partage cette perception : « Les questions qu’ils posent, leur empressement à en apprendre davantage sur le sujet, les discussions, tout cela en fait une motivation quotidienne. » « Il ne s’agit pas seulement de variétés plus productives, mais aussi de variétés qui peuvent durer plus longtemps lorsqu’elles sont entreposées. » Virgilio Uarrota garde à l’esprit la situation que les producteurs de manioc vivent dans sa patrie, le Mozambique. Là-bas, les agriculteurs doivent parcourir de longues distances entre leur ferme et les marchés où ils vendent leurs racines.

C’est précisément cette réalité qui le motive à rechercher un modèle qui permette de quantifier et d’évaluer la détérioration post-récolte et de comprendre les composés impliqués à travers une étude de la variabilité métabolomique et enzymatique lors de la détérioration physiologique, avec l’intention de s’associer à des sélectionneurs, dans un avenir pas trop lointain, pour développer des variétés qui peuvent être stockées au moins pendant une semaine sans perdre leur teneur en amidon, contribuant ainsi à ouvrir plus de possibilités pour les agriculteurs de vendre leurs racines à de bons prix.

La recherche pour la création de ce modèle fait l’objet d’une thèse de doctorat en ressources phytogénétiques à l’Université fédérale de Santa Catarina au Brésil. Son travail de thèse est soutenu par une bourse TWAS pour la recherche avancée et la formation, qu’il a reçue par l’intermédiaire d’une ONG dans son pays d’origine avec la collaboration de l’UNESCO.

La réalisation de cette recherche a permis à Virgilio de profiter de la plateforme biotechnologique du CIAT. « Maintenant, je sais comment extraire l’ADN et l’ARN », a-t-il dit tout en décrivant avec vivacité la façon dont, au cours de ses recherches, il a utilisé des outils tels que la spectrométrie infrarouge proche visible ultraviolet (UV-Vis-NIR), la spectroscopie infrarouge transformée de Fourier (FT-IR), la chromatographie liquide haute performance (HPLC), et bien d’autres. Virgilio n’est qu’à quelques jours du retour à l’Université Fédérale de Santa Catarina au Brésil, où il espère pouvoir rester en contact avec des chercheurs sur le manioc et inspirer d’autres jeunes scientifiques à travailler sur le sujet de la détérioration post-récolte.

C’est un sujet qui semble être étudié par très peu de groupes. Virgilio, cependant, est déterminé à continuer à mettre son talent à profit pour dévoiler les secrets de la détérioration post-récolte d’un centre de recherche à travers lequel il peut échanger des informations avec le CIAT sur une base régulière. Qu’est-ce qui a été écrit sur la détérioration post-récolte?

« Le sujet des micro-organismes épiphytes comme agent causal de la détérioration primaire post-récolte semble avoir été reporté indéfiniment », a déclaré Carolina Ospina, étudiante en biologie à l’Université de Los Andes, Colombie, après avoir examiné la littérature scientifique publiée sur le sujet de la détérioration post-récolte de 1955 à 2012.

Bien que cette abondante recension des écrits soit la monographie qu’elle présentera en août pour postuler au baccalauréat en biologie, la partie la plus pertinente pour la Caroline est le processus de motivation inébranlable qu’elle a connu au cours de cette période. « C’était comme me décapiter », c’est ainsi qu’elle décrit comment, avec chaque article, chaque recommandation, chaque discussion, les éleveurs de manioc la motiveraient sur ce chemin d’apprentissage pour trouver les différentes théories, tendances, et des lignes de recherche liées à ce sujet crucial. Carolina n’a pas encore décidé sur quelle ligne de biologie ou de microbiologie elle se spécialisera, mais jusqu’à présent la détérioration post-récolte semble être un défi particulièrement tentant. « La recherche sur la détérioration après la récolte est un très grand défi. »

C’est ainsi que Jorge Luna, ingénieur agro-industriel, sent le défi de découvrir l’enzyme(s) ou les acteurs endogènes ou exogènes qui provoquent la détérioration post-récolte du manioc. Il croit que la clé pourrait être dans Scopoletin, une hydroxycoumarine qui apparaît dans des proportions différentes dans les racines et semble être étroitement liée à la détérioration; cependant, ce qui commence exactement que la production de molécule est encore inconnue. La première fois que Jorge est venu à CIAT, en tant que stagiaire, était d’avril à octobre 2010, pour travailler sur la quantification des caroténoïdes dans les racines jaunes. Au cours de cette période, il a également eu la chance de faire des tests sur la détérioration post-récolte. Depuis, et en dépit d’avoir trouvé une opportunité d’emploi à l’Université nationale de Colombie-Palmira campus, il est resté intrigué par le sujet.

Aujourd’hui, Jorge est étudiant à la maîtrise en amélioration génétique à l’Université nationale de Colombie. Et il n’a pas hésité à revenir au CIAT et à mener son travail de thèse, qui se concentre sur l’évaluation de deux familles de génotypes du manioc et l’observation de leur comportement vers le post-Jusqu’à présent, il a observé des résultats qui l’intriguent de plus en plus : dans certains génotypes, il semble que plus la matière sèche est présente dans la racine, plus la pourriture des racines se produit rapidement. Mais ce n’est pas une norme et dans certaines racines d’une même plante, ce processus se produit à un « taux différent ». Par exemple, plus le niveau de carotènes est bas, plus la détérioration est rapide.

Jorge a inclus dans ses recherches d’autres variables liées à la détérioration post-récolte, telles que l’âge physiologique des plantes et la teneur en cyanure; tout cela dans l’intention de contribuer de manière significative à relever ce défi qui affecte les agriculteurs, parce que, comme il le dit « J’ai grandi comme agriculteur, les mains dans la terre. » Luis Augusto Becerra conclut que « chacun de ces jeunes scientifiques apporte un regard nouveau et nouveau, riche de la vigueur de la jeunesse qui ne tient rien pour acquis et s’interroge avec une soif de découvrir toujours plus ». Source : Blogpost original d’Andrea Carvajal sur le site Web du CIAT.