Ciblage et financement de la recherche agricole en Afrique: le grand paradoxe

Les études d’évaluation d’impact sur la recherche agricole en Afrique (dans la plupart des produits dont le riz, le maïs) ont montré d’énormes bénéfices, plus que tout autre investissement, atteignant des taux de rendement de plus de 100%. Il est cependant nécessaire de noter que les impacts de la recherche agricole ont de longs décalages entre l’investissement initial et la récolte des bénéfices. Cette situation est exacerbée par les défaillances du marché et les contraintes d’adoption. Par conséquent, toute tentative de voir un impact sur les objectifs de développement comme la réduction de la pauvreté dans un délai de 1 à 5 ans est mal placée.

Ce sont les investissements en recherche agricole que nous faisons maintenant qui détermineront la productivité et la résilience futures des agro-écosystèmes. La négligence dont nous avons fait preuve à l’égard des investissements dans la recherche agricole dans les années 1970 a en partie contribué à la piètre performance des systèmes agricoles en Afrique subsaharienne. J’ai observé, écouté et contemplé attentivement toutes les délibérations de la 6e Semaine des sciences agricoles en Afrique. J’ai été étonné par ce que les gens savent et pourtant le changement semble être lamentable.

Plus d’investissements nécessaires

Une chose ressort clairement de toutes les discussions : l’Afrique doit renforcer ses investissements dans la recherche agricole. L’Afrique bénéficie déjà des retombées de la recherche ailleurs et comme l’a rappelé l’ancien directeur exécutif de FARA, le Prof. Monty Jones; « Si le Brésil a développé une variété performante, nous n’avons pas besoin ici en Afrique de réinvestir la roue en produisant notre propre variété similaire. Nous pouvons économiser beaucoup de ressources en temps et en argent en adaptant la variété aux conditions locales. » Cela est très possible si la forte>capacité humaine et financière des systèmes de recherche nationaux est mise à l’échelle et maintenue.

La nécessité de contextualiser

Essentiellement, les scientifiques africains ont besoin de compétences de forte>contextualisation à la fois des innovations technologiques et sociales d’ailleurs et surtout parce qu’elles émanent des agriculteurs locaux eux-mêmes. Nous avons donc besoin de compétences pour cibler la recherche agricole et les technologies dans des contextes spécifiques.

Le discours liminaire du Président du FIDA et une présentation du Dr. John Dixon de l’ACIAR ont souligné les merveilles que peut avoir le développement de combinaisons optimales de technologies et de systèmes de gestion existants pour réduire la pauvreté si elles sont appliquées à leurs contextes spécifiques.

Nous avons vu cela fonctionner dans le micro-dosage des engrais dans les champs de riz au Vietnam, en Indonésie et au Burkina Faso. Avec les TIC et les logiciels disponibles, nous disposons d’outils pour développer des combinaisons optimales qui peuvent réduire la pauvreté. Pourquoi, en tant que chercheurs agricoles, ne faisons-nous pas cela?

Contextualisation : pourquoi ne le faisons-nous pas?

Tout d’abord, les chercheurs en agriculture sont extrêmement bons pour se confiner dans leur zone de confort et ainsi garder un œil sur les autres sous-systèmes qui complètent leur domaine d’expertise. Un sélectionneur est toujours à la recherche de la prochaine variété à haut rendement dans le pipeline indépendamment des contextes pour les variétés existantes et les systèmes sociaux. Cela s’applique également à d’autres professionnels. L’Afrique a besoin non seulement de chercheurs qui travaillent avec d’autres scientifiques de manière interdisciplinaire, mais aussi de ceux qui sont capables d’analyser l’ensemble des systèmes agricoles parce qu’ils sont eux-mêmes interdisciplinaires.

Le deuxième défi est la nature des projets de recherche agricole qui sont mis en œuvre : ils ne s’étendent normalement que sur quelques années et sont déconnectés de ce que d’autres ont fait auparavant. Cela signifie qu’il y a peu de compréhension des contextes et d’identification des principes pertinents pour mettre à l’échelle des technologies efficaces.

L’avenir que nous voulons pour la recherche agricole : mendier?

En termes de ciblage et de financement de la recherche, les chercheurs agricoles ont une tâche énorme de se concentrer sur la recherche qui est pertinente pour les agriculteurs et les autres utilisateurs finaux. Les gouvernements nationaux ont la responsabilité non seulement de consacrer 10 p. 100 des budgets nationaux au secteur agricole, mais aussi de veiller à ce qu’il y ait suffisamment de fonds pour la recherche afin d’améliorer la durabilité des gains découlant d’un financement accru de l’agriculture.   Les gouvernements nationaux ayant d’autres priorités à financer à partir de ressources limitées, il est temps que les chercheurs agricoles commencent également à réfléchir à la façon dont ils peuvent rendre leur recherche plus bénéfique pour les utilisateurs finaux et, en fin de compte, régénérer les ressources financières pour financer les programmes subséquents.

Cela peut se faire par un ciblage et une mise à l’échelle appropriés de la recherche agricole, ce qui nous permet d’obtenir des redevances de la recherche de grande valeur et de subventionner la recherche agricole qui réduit la pauvreté.

Réveil!

En participant à la 6e Semaine africaine de la science agricole, les jeunes chercheurs agricoles ont eu l’occasion d’apprendre et de partager leurs connaissances, c’était aussi un signal d’alarme sur l’avenir que nous voulons pour la recherche agricole en Afrique.

Est-ce celui où nous courons à la chasse (mendier au nom du réseautage) pour des fonds ou n’est-ce pas? Ou celle où, selon nous, les initiatives de recherche et de développement agricoles sont bénéfiques parce qu’elles peuvent créer leur propre richesse? Nous n’avons peut-être pas les réponses sous la main, mais c’est une chose à laquelle nous devons réfléchir profondément. Qu’en pensez-vous?