décembre 7, 2021

Remy est confiant quant aux perspectives après que l’entreprise ait enregistré une croissance « exceptionnelle » de ses bénéfices au premier semestre.

Résumé

  • Ventes T2 en hausse de 23,7% vs estimation de 20,8%
  • Ventes de cognac T2 en hausse de 26,9% vs estimation de 23,6%
  • Yeux « forts » pleins- ventes annuelles, croissance des bénéfices
  • Le directeur financier « relativement à l’aise » avec un consensus sur l’année entière

PARIS, 22 octobre (Reuters) – Rémy Cointreau (RCOP.PA) a déclaré vendredi qu’il augmentait de plus en plus confiant quant à ses perspectives pour l’ensemble de l’année après que les ventes du deuxième trimestre ont dépassé les attentes grâce à une forte demande pour son cognac haut de gamme aux États-Unis, en Chine et en Europe.

Le directeur financier Luca Marotta a déclaré aux analystes qu’il était désormais « relativement à l’aise » avec un consensus pour une croissance du bénéfice d’exploitation courant pour l’année 2021/22 de 21%, en hausse par rapport à une prévision de « mi-adolescence » en juillet.

Marotta s’exprimait après que le fabricant de cognac Rémy Martin et de liqueur Cointreau ait prévu une croissance « exceptionnelle » de son résultat opérationnel courant au premier semestre de son exercice 2021/2022, qui a débuté en avril, avec des ventes en hausse de près d’un quart au cours des trois mois écoulés. -Septembre, bien qu’à partir d’une base faible l’année dernière pendant la pandémie.

« Rémy Cointreau réitère sa confiance dans sa capacité à surperformer le marché des spiritueux d’exception et anticipe une forte croissance des ventes, portée principalement par la performance du premier semestre », a indiqué la société dans un communiqué.

Il a déjà annoncé son intention d’augmenter considérablement les dépenses de marketing au cours du second semestre.

A 09H28 GMT, l’action Remy était en hausse de 1,6% à 176,30 euros.

« Nous pensons que le groupe est bien placé pour continuer à surprendre à la hausse sur les bénéfices jusqu’à la fin de l’année », ont écrit les analystes de Citi dans une note.

Les ventes du deuxième trimestre ont totalisé 352,2 millions d’euros (409,4 millions de dollars) – une hausse de 23,7 % à données comparables, dépassant les attentes des analystes pour une croissance de 20,8 % – reflétant un fort rebond de la demande dans les bars et restaurants alors que les restrictions liées au COVID-19 se sont assouplies. le monde et une consommation domestique résiliente.

À elles seules, les ventes de cognac ont atteint 265 millions d’euros, en hausse de 26,9 % à données comparables, reflétant notamment une très bonne performance en Chine lors de la Fête de la Mi-Automne.
M. Marotta a déclaré que le groupe était plutôt optimiste quant aux perspectives pour les célébrations du Nouvel An chinois en février, mais qu’aux États-Unis, où la demande de cognac est soutenue par une soif de spiritueux haut de gamme, le faible niveau des stocks entraînait des tensions au niveau de l’approvisionnement.

Les ventes du groupe ont augmenté de 52% au premier semestre à périmètre constant, dont un bond de 55,2% pour le cognac.

Son grand rival Pernod Ricard

(1 $ = 0,8602 euros)