janvier 28, 2022

Q&R : Kevin Folta, chercheur en biotechnologie

Q&R : Kevin Folta, chercheur en biotechnologie

Kevin Folta est professeur de sciences horticoles à l’Université de Floride. Il communique sur la science, la biotechnologie et l’agriculture depuis plus de 20 ans, encourageant les agriculteurs à se joindre à lui pour partager leurs travaux.
La semaine prochaine, il prend un jour de vacances pour présenter à la Land Expo 2022 afin d’expliquer les leçons qu’il a apprises à la dure.

SF : Pour de nombreuses personnes travaillant dans des bureaux ou en classe, le travail a changé au cours de la dernière deux ans. À quoi ressemble votre travail ces jours-ci ?

KF : Le plus grand changement a été de s’adresser à un public en ligne qui choisit de ne pas être en personne pour le contenu des cours. C’est un défi parce que je ne me considère jamais autant comme un enseignant que comme un animateur. J’aime les accompagner pour qu’ils réfléchissent et découvrent par eux-mêmes. C’est difficile quand ils ne sont pas devant vous. Il est très difficile de lire la pièce, mais nous le faisons toujours. On s’en sort encore.

SF : Qu’en est-il de l’aspect recherche de votre poste ? Cela a-t-il changé ?

KF : L’aspect recherche a été un défi pour de nombreuses raisons. Surtout le financement limité de la recherche exploratoire. Il a été difficile de garder un laboratoire en personnel, de progresser et de découvrir des découvertes passionnantes. Ce qui est dommage, car c’est vraiment là que mon cœur est.

SF : Vous avez également fait beaucoup de sensibilisation du public et de communication dans le passé. Comment cela a-t-il dû changer ?

KF : Cela a été un changement difficile pour moi. En novembre 2019, avant COVID, on m’a dit de cesser tous les efforts de communication scientifique. Je devais participer à la Land Expo en 2020 et j’ai dû annuler à cause de la demande de l’Université. C’était un crève-cœur pour moi. Je devais aussi terminer un podcast qui a eu beaucoup de succès.
Finalement, j’ai pu négocier pour pouvoir effectuer ce genre d’activités sur mon temps libre. Je le fais comme travail extérieur, conseil et passe-temps. C’est triste parce que c’est quelque chose qui me passionne, mais que je ne peux pas faire dans le cadre de mon travail.
Cette année, je serai à Land Expo pendant mes vacances, parlant en tant que simple citoyen, pas en tant qu’agent de l’Université de Floride.

  • LIRE LA SUITE :La croisade de Kevin Folta pour sciences

SF : Le sujet de votre intervention lors de la prochaine Land Expo est les médias sociaux. Cela a aussi changé ces dernières années. Parlez-moi de ce que vous voyez se passer là-bas.

KF : La crise du COVID a vraiment mis en lumière ce que les médias sociaux peuvent devenir et comment la perception de toute situation peut être ternie ou manipulée en raison d’un accès immédiat à de mauvaises informations qui confirment le parti pris du lecteur. Vous êtes en mesure de confirmer une rumeur que vous avez entendue et de la faire croire qu’elle est légitime.
Cela a été un microcosme de ce que nous vivons dans l’agriculture depuis aussi longtemps qu’Internet est branché. Nous avons assisté à un assaut constant contre l’agriculture, la technologie agricole, l’alimentation et l’agriculture. Tout cela a commencé à cause du canal Internet, où quelques voix difficiles ont pris le contrôle de la conversation.
Les agriculteurs et les scientifiques ne sont pas intervenus. Et quand nous l’avons fait, nous l’avons traditionnellement mal fait. Maintenant, nous corrigeons cela. Certaines personnes font du beau travail, mais nous avons besoin de plus de personnes pour participer à cette conversation et le faire correctement.

SF : Existe-t-il une plate-forme de médias sociaux qui est meilleure ou pire pour alimenter la mauvaise communication et les fausses informations ?

KF : Ils sont tous coupables. Cela signifie que c’est un plus grand défi pour nous, car nous devons apprendre à adapter le message à chaque plate-forme. C’est un problème parce que les méchants ont des experts avec des emplois à temps plein pour désavouer ce que nous faisons dans l’agriculture et l’agriculture. Cela signifie que nous devons tous investir quelques minutes de temps en temps pour égaler cet effort. Il s’agit de mobiliser les personnes favorables à l’agriculture et de les impliquer dans les conversations.

SF : Quelle est la première étape pour commencer ?

KF : La première étape consiste à partager les informations que vous trouvez intéressantes avec votre public et vos réseaux. C’est très simple. Vous trouvez des voix crédibles et partagez ce qu’elles produisent. Partagez de bons podcasts. Partagez de bonnes histoires. Partagez de bonnes vidéos. Il faut cinq minutes par semaine pour amplifier les bons messages des autres.

SF : Comment les gens font-ils que l’amplification de ce qu’ils trouvent convaincant est plus puissante que les rumeurs ou les contrevérités que les autres trouvent convaincantes ?

KF : J’ai quelques conseils ici. Premièrement, ne désactivez pas votre public potentiel. Être en colère ou amer envers les autres qui ne sont pas d’accord avec vous le fera. Le dégoût pèse très lourd. Les gens repoussent les gens qui réagissent de manière offensante.
Donnez aux gens le câlin de la ferme. Dans une salle bruyante d’insultes, la personne qui tend la main avec gentillesse se démarque vraiment.

SF : L’agriculture est tellement personnelle pour nos lecteurs, donc la désinformation peut être vraiment bouleversante. Comment vous calmez-vous pour pouvoir tendre la main avec gentillesse ?

KF : Vous devez réaliser que vous êtes du côté des anges ici. La seule chose qu’une autre voix en colère dans le cloaque d’Internet fait est d’aliéner les personnes que vous devez capturer. Commencer par « aidez-moi à comprendre », écouter les autres et comprendre comment ils en sont arrivés là vous aide à formuler une réponse meilleure, empathique et désamorcée. C’est attrayant pour tous ceux qui regardent.

SF : Vous avez mentionné qu’il y a des gens qui font ça bien, que nous avons juste besoin de plus. Qui est un exemple ?

KF : Regardez l’agriculteur millénaire. C’est un agriculteur de maïs et de soja du Minnesota qui fait des médias fantastiques et YouTube. Pour certains agriculteurs, cela peut sembler ennuyeux, mais pour la personne moyenne qui ne connaît rien à la nourriture et à l’agriculture, son contenu est extrêmement précieux.

  • LIRE PLUS:Q&A : Zach Johnson, l’agriculteur du millénaire

Vous devez considérer que les gens veulent savoir ce que vous faites en tant qu’agriculteur, ou quelqu’un impliqué dans l’agriculture à un certain niveau. Ils veulent savoir ce que vous faites. Ils veulent savoir d’où vient leur nourriture. Montrez-leur ce que vous faites. Ce genre de transparence, même si vous pouvez penser que c’est inutile, c’est quelque chose qu’ils veulent.

SF : Certains de nos lecteurs n’ont aucune envie d’être la personne devant une caméra ou un micro. Comment peuvent-ils soutenir les gens de l’agriculture qui le sont ?

KF : Il y a deux façons de participer. La première façon est la préparation du contenu. C’est-à-dire les podcasts, l’écriture, la vidéo, les blogs. Utilisez tous les médias émergents que les gens utilisent, et les endroits où les gens vont pour obtenir des informations.
Si vous ne voulez pas créer de contenu, amplifiez le contenu des autres. Nous revenons à l’idée de trouver de bons médias et de les partager au sein de vos réseaux. Si chaque agriculteur et les personnes associées à l’agriculture, soit 1,5% du pays, amplifiaient les messages de leurs défenseurs, nous aurions une bien meilleure perception aux yeux du public.

SF : Avez-vous des mots pour les personnes qui créent du contenu lorsque les choses se découragent ou que les militants attaquent ?

KF : Vous ne pouvez pas vous arrêter. Vous devez faire ce qui est juste, peu importe combien cela fait mal, peu importe combien cela peut changer votre vie, peu importe combien cela peut changer vos plans. Il est certain que ma vie personnelle et professionnelle a été changée, et pas toujours d’une bonne manière, mais c’est la bonne chose à faire.
À la fin de la journée, lorsque ma tête touche l’oreiller, je sais que je me suis levé et que je me suis battu pour la chose la plus importante. C’est de cette satisfaction que vous devrez vous nourrir. Sinon, si vous vous attardez sur le négatif, cela peut être accablant.

SF : Que peuvent retenir les lecteurs qui écouteront votre conférence à Land Expo ?

KF : Par nature, les agriculteurs et les scientifiques pensent que la façon de résoudre un problème est de l’enterrer sous les informations, les faits et la logique. Cela ne fonctionne pas dans un monde dirigé par l’émotion et le sensationnalisme. Nous devons faire avancer les conversations de manière différente. J’ai exploré cette question avec des activités sur le terrain pendant 20 ans. Je vois toutes les erreurs que j’ai commises.
À Land Expo, vous entendrez parler de toutes les erreurs que j’ai commises et de la manière dont j’ai appris à être plus efficace. Je vous donnerai des stratégies que vous pourrez adopter afin que nous puissions tous travailler ensemble pour améliorer la perception de l’agriculture.

SF : Que voulez-vous partager avec nos lecteurs en amont de Land Expo ?

KF : En agriculture, il y a trop de choses que nous ne pouvons pas contrôler – la météo, les pressions internationales, les prix. C’est une chose que nous pouvons contrôler, et nous ne le faisons pas. Du moins pas assez. C’est une chose que nous pouvons contrôler et que j’aimerais que tous les gens de l’agriculture soient plus à l’aise de faire. Nous sommes une toute petite partie de la population, mais une population très importante. Il est important que la voix de l’agriculture soit entendue par des sources légitimes.