janvier 28, 2022

Où sont les accords commerciaux, M. le Président, demandent les économistes de l’AFBF ?

Où sont les accords commerciaux, M. le Président, demandent les économistes de l'AFBF ?

Alors que tout le monde semble se concentrer sur la hausse des coûts des intrants agricoles, le plus grand groupe d’agriculteurs américains veut savoir quand l’administration Biden travaillera sur les négociations commerciales.
Un agriculteur du Tennessee qui participait aujourd’hui à la session de l’assemblée annuelle de l’American Farm Bureau Federation (AFBF) à Atlanta, en Géorgie, s’est inquiété du fait que l’administration américaine n’a pas de sous-secrétaire au commerce et n’a pas encore confirmé un négociateur agricole.
« Que se passera-t-il si la Chine cesse d’acheter autant qu’elle l’a fait ? Que se passe-t-il si le Mexique interdit le maïs génétiquement modifié (OGM) ? Quelles sont les projections sur les prix si ces choses (commerciales) se produisent ? » a demandé l’agriculteur du Tennessee à un panel d’économistes de l’AFBF.
Parce que plus de 60% des exportations agricoles américaines sont concentrées dans cinq pays, le portefeuille d’exportation américain est sensible à des perturbations comme la baisse des achats de la Chine en 2016, ont expliqué les économistes de l’AFBF.
« Homme vivant, vous perdez la Chine et le Mexique au cours de plus de deux ans, considérant que plus de 40 % de toute la production de maïs américaine est exportée, la situation des prix tourne au sud assez rapidement », dit Veronica Nigh, économiste principale de l’AFBF.
Mme Nigh a ajouté : « C’est pourquoi nous devons insister auprès de l’administration (Biden) pour qu’elle dise : « Merci pour votre examen rigoureux (du commerce). Nous apprécions l’étude, mais nous allons devoir commencer à voir des actions concrètes ici. Le reste du monde négocie des accords commerciaux. Le Partenariat transpacifique s’est poursuivi sans nous. Le reste du monde est en train de conclure des accords. Nous ne pouvons pas rester sur la touche ».
Pendant ce temps, Nigh a dit à la foule que l’équipe de l’AFBF a envoyé des lettres au président Biden soulignant qu’il faut un accord de phase deux avec la Chine.
M. Nigh craint que sans accords commerciaux, les agriculteurs américains ne soient soumis à d’énormes caprices du marché.
Les économistes de l’AFBF ont tiré la sonnette d’alarme sur la nécessité pour les États-Unis de s’asseoir à la table des négociations commerciales dans de nombreux pays.
« En ce qui concerne les accords commerciaux, sommes-nous dedans ou dehors ? Que faisons-nous ? » demande M. Nigh. « Le reste du monde négocie des accords commerciaux. Les États-Unis n’ont pas participé à une véritable négociation depuis un certain temps. This (Biden) administration hasn’t made any moves to suggest that it has any deals ready to enter into anytime soon.”

Le président Biden s’exprime

Lors de la session d’aujourd’hui de la réunion annuelle de l’AFBF, le président Biden a délivré un message vidéo aux participants.
Biden a rappelé à la foule l’importance des agriculteurs pour l’économie américaine. Il a souligné son soutien à la construction de routes, de ponts, de voies ferrées et de voies navigables de meilleure qualité, ainsi qu’à la mise en place de chaînes d’approvisionnement plus résilientes afin de faciliter, d’accélérer et de réduire le coût de la commercialisation des produits américains.
“Every day you feed and fuel Americans, and I want you to know that every day you have a partner in the White House,” Biden stated via video.
In no direct way did President Biden mention trade talks.

Vilsack on Trade

Cependant, le secrétaire de l’USDA, Tom Vilsack, a fait une apparition en direct à la convention de l’AFBF.
Lundi, le secrétaire Vilsack a empilé le sujet des exportations et du commerce en tête de sa présentation.
« Je sais que 30% de ce que nous (les États-Unis) cultivons et élevons est finalement exporté dans le monde entier. Le fait que nous puissions continuer à exporter envoie un message fort sur l’incroyable productivité de l’agriculture américaine », a déclaré le secrétaire Vilsack.
Le chef de l’USDA a souligné l’importance de rétablir la confiance dans les États-Unis en appliquant les accords commerciaux déjà en vigueur.
« Cela commence avec la Chine. Nous savons tous qu’avec la première phase de l’accord commercial avec la Chine, nous avons vu les ventes augmenter par rapport à la guerre commerciale. Nos amis chinois ont environ 16 milliards de dollars de moins que ce qu’ils s’étaient engagés à acheter », déclare le secrétaire Vilsack.
En conséquence, la représentante américaine au commerce, Katherine Tie, continue de pousser la Chine à respecter son accord commercial, indique M. Vilsack.
« Nous allons continuer à faire pression sur la Chine pour qu’elle respecte et mette en œuvre l’accord de la première phase avant de discuter de toute extension du commerce », a déclaré le secrétaire Vilsack.
Entre-temps, le chef de l’USDA a rappelé aux participants à la convention de l’AFBF que les États-Unis ont récemment ouvert les ventes de porc à l’Inde, réduit les droits de douane sur le maïs, le blé et le porc au Vietnam et sont sur le point de conclure un accord avec le Mexique pour l’achat de pommes de terre américaines.
Le secrétaire Vilsack n’a pas manqué l’occasion d’applaudir la récente décision du panel de l’USMCA reconnaissant que le Canada ne respecte pas les quotas tarifaires sur les produits laitiers prévus par l’accord commercial multilatéral entre les États-Unis, le Canada et le Mexique.

China’s Purchases

Les achats de produits agricoles américains par la Chine ont bondi de 22 milliards de dollars en 2016 à 9 milliards de dollars en 2018. En 2020, l’accord commercial de phase un entre les États-Unis et la Chine prévoyait que la Chine achète pour 80 milliards de dollars de produits agricoles américains jusqu’en 2021.
L’accord commercial de phase un avec la Chine a été autorisé à expirer en 2021. La Chine a largement manqué son objectif d’acheter des milliards de dollars de produits agricoles américains, mais la tentative du président Biden de prolonger les droits de douane pourrait menacer le sort des entreprises américaines présentes en Chine, selon les experts.
Plus précisément, la Chine a acheté pour 57,4 milliards de dollars de produits agricoles américains de 2020 à novembre 2021, ce qui est loin des 73,9 milliards de dollars nécessaires pour atteindre l’objectif de l’accord de la première phase.
Au cours des 11 derniers mois, la Chine a acheté pour 30 milliards de dollars de produits agricoles américains contre un total de 130 milliards de dollars d’achats.
« La Chine a un grand pouvoir d’achat. Et, ce que l’accord de phase 1 a prouvé, c’est que la Chine a la capacité de choisir à qui elle achète ses produits. Alors que certains croyaient, avant l’accord commercial, qu’ils (les Chinois) devaient acheter chez nous, ils ont prouvé qu’ils n’étaient pas obligés d’acheter chez nous », déclare M. Nigh.