décembre 7, 2021

Nettoyage d’automne

Nettoyage d'automne

L’automne est là, ce qui signifie que c’est la saison du nettoyage d’automne. Chez nous, ce processus comprend des questions telles que « Qu’est-ce que c’est que cette chose et pourquoi prend-elle autant de place dans notre sous-sol ? ».

Si la réponse s’avère être « la chaudière », cela fait probablement beaucoup trop longtemps que vous n’avez pas visité la cave. Et si votre sous-sol est comme le nôtre, il a tendance à accumuler des choses apparemment de son propre chef. C’est comme s’il avait accès à un réplicateur comme on en voit dans Star Trek, sauf que le réplicateur n’est capable de produire que des choses qui pourraient peut-être s’avérer légèrement utiles à un moment donné dans un avenir indéfinissable.

De temps en temps, ma femme et moi sommes animés par l’esprit de l’initiative « Il est grand temps de s’organiser » et nous nous lançons dans une opération de désencombrement. Nous nous débarrassons d’un tas de vieilles choses, ce qui ne fait que faire de la place pour les remplacer par des choses plus récentes.

L’un des projets de rangement auxquels j’ai décidé de m’attaquer cet automne était le nettoyage de notre vieille grange.

La grange qui se trouve sur notre ferme a un toit en bâtière et un revêtement en acier rouge. Elle est charmante, emblématique et très difficile à nettoyer.

Mon grand-père Nelson a acheté notre grange à un fermier voisin et l’a déplacée ici dans les années 1940. Il en a profité pour personnaliser l’aménagement intérieur de la grange avec deux rangées de stalles pour ses vaches laitières et un fatras d’enclos pour les veaux et les chevaux.

Lorsque ma femme et moi avons acheté cette ferme, nous avons décidé que les stalles et les petits enclos exigus étaient d’une utilité limitée pour loger nos bœufs de race Jersey. J’ai déconstruit les enclos que grand-père avait créés, mais j’ai laissé une rangée de stalles. Le cou des vaches de grand-père avait passé d’innombrables heures à polir les 2×4 des poteaux, laissant le bois aussi brillant qu’une pierre précieuse.

Cet automne, je me suis rendu compte que le tas de fumier dans la grange devenait si profond que la tête de nos bœufs ne tarderait pas à heurter le plafond. Il était donc difficile de juger de la taille des bœufs, car même le plus petit animal paraissait gigantesque.

Le plan d’étage de grand-père avait donné lieu à une disposition labyrinthique de poteaux en bois. De ce fait, le moyen le plus simple de nettoyer la grange est d’utiliser une fourche et une brouette. Mais dans ce cas, « facile » se traduit par « éreintant ».

J’ai nettoyé notre grange à la main. C’est une tâche longue et ardue qui ressemble à l’utilisation d’une brouette et d’une fourche pour construire le barrage Hoover.

On dit que l’argent ne peut acheter des amis. C’est peut-être vrai, mais vous pouvez certainement les louer.

J’ai loué un ami que j’appellerai Bob. Bob ne peut pas penser par lui-même et a une fâcheuse habitude de fumer. Mais il est aussi fort qu’un troupeau de deux douzaines de chevaux de trait.

Bob traînait dans un centre de location local quand j’ai appris qu’il était prêt à faire des travaux forcés. J’étais prêt à payer, donc c’était un match parfait.

J’ai emmené Bob dans notre grange et lui ai dit de s’y mettre. Sa carcasse massive passait à peine par la porte de la grange.

Comme Bob ne pouvait pas penser par lui-même, j’ai dû le guider à chaque étape du processus. Il fallait une bonne dose de concentration pour le manœuvrer dans la grange sans qu’il ne tombe en boule d’un pilier à l’autre.

Bob et moi avons rapidement pris le coup de main. C’était très satisfaisant de le voir soulever d’immenses plaques de fumier compacté sur le sol de l’étable. Quand les choses se compliquent, Bob fume un peu plus. Il ne se plaignait jamais de la dureté de son travail.

J’utilisais mon tracteur chargeur pour épandre le caca de vache dans notre jardin. Chaque centimètre carré de cette parcelle de terre a été soigneusement fertilisé. Notre jardin contient maintenant plus de matière organique qu’un tas de compost municipal.
Pendant que Bob travaillait, je me suis rendu compte que le fumier nourrissait le jardin, qui me nourrissait à son tour, afin que je puisse continuer à nourrir nos bœufs Jersey, qui produisaient encore plus de fumier. Ce n’est pas exactement la même chose que le cercle de vie central du Roi Lion. C’est mieux. En effet, une partie de notre cercle implique que ma femme et moi savourons des légumes frais et des entrecôtes tendres et appétissantes provenant de l’élevage.

Je me suis également rendu compte que Bob et moi supprimions un tas de choses pour faire de la place à d’autres choses. Ce serait extrêmement gratifiant s’il pouvait aussi nous aider à nettoyer notre sous-sol. Mais je suis presque sûr qu’une chargeuse à direction à glissement ne pourrait jamais passer par notre porte d’entrée.

Le livre de Jerry, Dear County Agent Guy, est disponible sur workman.com/products/dear-county-agent-guy.