décembre 8, 2022

Naviguer dans l’évolution constante de la valeur des exploitations agricoles américaines

Naviguer dans l'évolution constante de la valeur des exploitations agricoles américaines

Jim Knuth with Farm Credit Services of America spoke recently at the 2022 Land Expo about the changing landscape of land value in America and the way farmers who use the land can get the most out of it. He hit on three topics — land value, interest rates, and grain production.

Land value

Pour la première fois depuis 2014, il y a un mouvement dans la valeur des terres. Cette année marque la plus grande tendance sur un an dans l’histoire des indices de référence, dit Knuth. Selon lui, il est logique de regarder les chiffres de la valeur des terres et de s’attendre à ce qu’ils se stabilisent bientôt.
 » Est-ce que je pense que cette tendance va se poursuivre jusqu’en 2022 ? « , dit Knuth. « Je ne sais pas, mais c’est peu probable. Certains des vents arrière ne sont pas aussi forts à l’avenir. Pourquoi tout cela est-il arrivé ? Les étoiles étaient toutes alignées. Nous avons eu des taux d’intérêt poussés nettement vers le bas par la pandémie et nous avons eu des prix des produits céréaliers nettement plus élevés avec tout l’afflux de fonds gouvernementaux. »
Selon M. Knuth, nous avons également la réponse à la question de savoir ce qui se passerait si une quantité importante de terres arrivait sur le marché : elle serait absorbée par des acheteurs consentants, car ils ne sont pas difficiles à trouver. Les acheteurs ont des garanties, des capitaux et la capacité d’absorber l’offre sur le marché. Mais selon M. Knuth, il y a une raison pour laquelle cette tendance économique ne durera pas.
« La vraie question, quand on regarde le marché aujourd’hui, est de savoir comment il va continuer à concilier la nature à long terme de l’actif foncier avec une partie du court terme », dit Knuth. « Combien de temps ces marges vont-elles durer ? Combien de temps tout cela va-t-il durer ? I think that’s the key going forward.”

Taux d’intérêt

2021 a été une année dynamique pour les taux d’intérêt, dit Knuth. Les trois facteurs qui déterminent les taux d’intérêt et la politique monétaire sont l’inflation, le chômage et les dépenses de consommation. L’agriculture n’a pas grand-chose à voir avec la politique monétaire, malgré l’impact de cette dernière sur l’agriculture.
Que peut faire la Réserve fédérale ? Elle peut augmenter les taux d’intérêt à court terme ou variables. M. Knuth prévoit que cela se produira par ce qu’il appelle de modestes augmentations de 25 points en mars et se répétera trois ou quatre fois cette année.
« Cela signifie que nous allons être à 4 %, peut-être 4,25 % », dit Knuth. « Ensuite, elle réduira ses achats d’obligations. En d’autres termes, il va retirer la demande ou les liquidités du marché. C’est d’ailleurs ce qu’il fait déjà. Cela va entraîner une hausse des taux à long terme. Nous l’avons déjà constaté dans notre indice de référence des bons du Trésor à 10 ans. »
Toutefois, selon M. Knuth, une hausse des taux d’intérêt n’est pas synonyme de taux d’intérêt élevés, car le secteur sort d’une année de taux d’intérêt historiquement bas.
Une autre option dont dispose la Réserve fédérale est de maintenir les taux d’intérêt au même niveau, mais d’allonger la durée de 20 à 30 ans.
« Vous voyez tout de suite cela et vous vous dites « Wow, cette économie est le double de ce que le taux d’intérêt était », dit Knuth. « C’est le point que beaucoup de gens ne comprennent pas. En général, c’est la durée ou l’amortissement de votre dette qui a le plus grand impact sur le paiement, l’allègement de la trésorerie et la restructuration. »
Selon Knuth, le meilleur choix est à la fois d’augmenter les taux d’intérêt à court terme et d’allonger la durée pour créer une troisième option.
« Savez-vous quel sera le prix du maïs dans deux ans, trois ou cinq ans ? » demande Knuth. « Non, moi non plus, le tout est de prendre un amortissement aussi long que possible. Prenez toute la flexibilité que vous pouvez obtenir, car lorsque les temps seront durs, vous pourriez en avoir besoin. Mais quand les temps sont bons, comprenez ce que vous avez fait et remboursez cette dette en avance. It’s a little bit like having your cake and eating it too.”

Production de céréales en agriculture

Selon M. Knuth, le maïs et le soja ne sont pas des produits axés sur l’offre comme certains de leurs homologues agricoles, mais sur la demande. Les États-Unis produisaient autrefois plus de 2,2 milliards de boisseaux de maïs, mais en produisent aujourd’hui moins de 1,5 milliard. Selon M. Knuth, l’explosion de la demande de maïs provenait de la Chine, et aujourd’hui, la demande de ce pays diminue, ce qui entraîne une baisse de la production de maïs.
Après un pic historique de la demande, M. Knuth estime que les producteurs devraient réfléchir à leur dynamique de plantation et de vente pour 2022 et 2023.
« 2022 s’annonce comme une autre année rentable », déclare Knuth. « Nos prix sont bons, mais notre seule mise en garde est de se préparer à la compression des marges. Je me préparerais à la compression des marges parce que tout est plus coûteux. L’engrais est le plus évident, mais il y a aussi le carburant, les semences, le loyer de l’argent et les machines. »
La gestion des risques et les décisions de marketing seront très importantes cette année, et M. Knuth dit qu’il faut s’attendre à une certaine volatilité sur les marchés. However, he said volatility doesn’t always mean bad things; it can bring opportunities if you are ready for them.

Formation à la réflexion

Knuth dit qu’il y a plusieurs leçons importantes tirées de la dernière fois que nous avons vu ce type de cycle économique que nous devons apporter en 2022.
« Cette fête va aussi se terminer », déclare Knuth. « Je pense que toute la question est de savoir quelles connaissances, quels aperçus et quelles réalités nous pouvons tirer du dernier cycle économique ascendant que nous pouvons appliquer à aujourd’hui. »
La première leçon est que la structure des coûts est importante. Pendant les cycles haussiers, il peut sembler que les agriculteurs peuvent s’offrir toutes les nouvelles pièces de machinerie et atteindre le seuil de rentabilité. En réfléchissant aux dépenses d’investissement et à l’expansion, en se demandant quel sera l’impact sur les coûts, on peut contribuer à établir une bonne structure de coûts.
« N’oubliez pas que l’objectif de tout producteur de céréales est d’avoir une exploitation à revenus élevés et à faibles coûts », dit Knuth. »
Le fonds de roulement est la gestion des risques du bilan. Le fonds de roulement est le premier mur de défense dans l’absorption des risques, dit Knuth. Si vous disposez de liquidités, vous avez de la flexibilité et la possibilité de faire des marges sur vos propres emprunts. Dans toute entreprise, il est difficile de fonctionner sans fonds de roulement.
Lorsque vous envisagez des décisions financières, tenez compte de tous vos actifs.
 » Nous avons vu beaucoup d’agriculteurs penser à leur exploitation par morceaux « , dit Knuth. « Cette façon de penser est en fait erronée. Elle peut vraiment conduire à de mauvaises prises de décision. »
Knuth dit qu’il est important de considérer les terres agricoles par acre, ou les coûts d’équipement des machines par acre, et d’avoir une vision holistique de votre exploitation.
En même temps, essayer de comprendre votre situation financière peut être difficile. M. Knuth recommande d’examiner également votre exploitation après les dépenses d’investissement. Penser à ce à quoi ressemblera l’exploitation une fois la décision prise – quel sera l’impact sur votre structure de coûts ou votre fonds de roulement, quel sera le montant du financement nécessaire – peut être un atout considérable pour décider si cela en vaut la peine.
La dernière leçon de M. Knuth est que l’agriculture continuera à avoir une ligne de démarcation. La différence qu’il voit n’est pas liée à la façon de fertiliser, aux cultures ou à la couleur des machines utilisées.
« Les producteurs qui améliorent leurs affaires et leurs finances sont récompensés. Ils continuent à se démarquer », déclare M. Knuth. « Ce qu’ils font est assez simple. Ils passent autant de temps dans leur bureau que dans leur atelier et dans leurs champs, et ils passent autant de temps à gérer leur entreprise qu’à faire fonctionner le tracteur et la moissonneuse-batteuse. »