décembre 7, 2021

McDonald’s USA s’engage à verser 5 millions de dollars pour la mise en œuvre de solutions agricoles intelligentes sur le plan climatique.

McDonald's USA s'engage à verser 5 millions de dollars pour la mise en œuvre de solutions agricoles intelligentes sur le plan climatique.

AgMission, une collaboration mondiale visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l’agriculture, a annoncé aujourd’hui que McDonald’s USA s’est associé pour développer et mettre en œuvre des solutions agricoles intelligentes du point de vue climatique avec un engagement de 5 millions de dollars sur les cinq prochaines années.

La Fondation pour la recherche sur l’alimentation et l’agriculture (FFAR), l’Alliance des agriculteurs et éleveurs américains (USFRA) et l’Organisation mondiale des agriculteurs (WFO) ont créé AgMission pour libérer le potentiel de l’agriculture en matière de réduction des émissions de GES. Cette initiative vise à terme à rendre le secteur agricole net négatif en matière d’émissions de GES. Pour atteindre cet objectif, AgMission réunit des agriculteurs, des éleveurs et des scientifiques afin de co-créer des solutions scientifiques qui peuvent être déployées rapidement, augmentant ainsi la résilience des exploitations agricoles tout en atténuant les effets du changement climatique, expliquent les responsables d’AgMission.

La recherche et les données agricoles sont fondamentales pour cette initiative, indiquent les responsables d’AgMission. Si cette recherche est en pleine expansion, les travaux existants nécessitent une coordination et une collaboration plus larges. Des données intégrées et interopérables sont essentielles pour coordonner cette recherche et accélérer l’adaptation et l’adoption de solutions intelligentes sur le plan climatique qui réduisent les émissions de GES. Les pratiques intelligentes sur le plan climatique qui en résulteront seront durables sur le plan économique et environnemental, tout en réduisant les émissions, affirment les responsables d’AgMission.

« Le changement climatique menace notre environnement, la sécurité alimentaire ainsi que les moyens de subsistance des agriculteurs et des éleveurs. Nous sommes ravis que McDonald’s reconnaisse la valeur de l’approche d’AgMission et s’associe à nous pour cette initiative sans précédent », a déclaré Sally Rockey, directrice générale de la FFAR, dans un communiqué de presse. « L’effort expansif et coordonné d’AgMission s’appuie sur la recherche existante pour coordonner la réponse de l’agriculture au changement climatique, en connectant les données d’une partie du monde qui pourraient bénéficier à une autre. »

L’engagement de McDonald’s envers AgMission est un exemple des mesures prises par l’entreprise pour contribuer à l’obtention d’émissions nettes nulles dans l’ensemble de ses activités mondiales d’ici 2050. La chaîne de restaurants rejoint Pepsico en tant que partenaire fondateur d’AgMission.

« Nous nous efforçons de nourrir davantage de personnes de manière de plus en plus durable en créant un système alimentaire dans lequel les communautés, les animaux et la planète prospèrent », a déclaré Marion Gross, vice-présidente senior et responsable de la chaîne d’approvisionnement de McDonald’s en Amérique du Nord, dans un communiqué de presse. « Il a été prouvé à maintes reprises que les actions concrètes sont le fruit de la réunion de partenaires autour de stratégies stables fondées sur la science. Nous sommes fiers de contribuer au travail d’importance critique d’AgMission et de ses partenaires pour aider à réduire de manière mesurable les émissions de gaz à effet de serre, améliorer la résilience de la chaîne d’approvisionnement et permettre une agriculture régénératrice. »

Alors que l’industrie agricole représente 9,9 % des émissions de GES aux États-Unis et environ 24 % à l’échelle mondiale, c’est le seul secteur ayant le potentiel naturel d’être négatif en termes d’émissions de GES.
« Les sols et les terres agricoles séquestrent déjà cent fois plus de carbone que ce qui est émis en un an », a déclaré Erin Fitzgerald, PDG de l’USFRA, dans un communiqué de presse. « Mais les agriculteurs et les éleveurs ne peuvent pas le faire seuls. Cet effort nécessite une réponse qui rivalise avec l’ampleur du défi que nous sommes en train de surmonter. »