juillet 5, 2022

Maximiser les superficies cultivables ce printemps

Maximiser les superficies cultivables ce printemps

XtremeAg’s Chad Henderson finds more farmable acres on his existing land, while Lee Lubbers hopes his existing acres are farmable come springtime.

CHAD HENDERSON – MADISON, ALABAMA

Chad Henderson fait partie d’une exploitation agricole de cinquième génération à Madison, en Alabama. Henderson Farms exploite plus de 8 000 acres de maïs en sec et irrigué, de soja en sec, de blé et de soja en double culture en sec et irrigué. Lorsqu’il n’est pas agriculteur, Chad perpétue une autre fière tradition familiale en tant que pilote de course de dragsters pour Henderson Racing.
Il y a toujours quelque chose à apprendre en agriculture. Et pour Henderson Farms, le projet de carrelage que nous avons réalisé l’automne dernier continue à nous apprendre chaque jour de nouvelles choses sur notre sol. Le tuilage n’est pas très courant dans notre région du pays, mais il a déjà fait ses preuves dans notre ferme, car nous sommes en mesure d’ouvrir des acres supplémentaires qui, jusqu’à cette année, étaient essentiellement non cultivables.
Nous réalisons ce projet avec Advanced Drainage Systems sur une grande ferme dont une petite partie est utilisée comme bassin d’élevage de canards pendant l’hiver. Il n’a fallu que 24 heures, entre le moment où nous avons tiré la barrière pour drainer la retenue et la mise en marche de la pompe, pour drainer complètement le champ. Une semaine plus tard, nous avons pu nous rendre dans le champ avec de l’équipement et travailler le sol. Les années précédentes, nous devions attendre le mois d’avril avant de penser à travailler le sol, et même alors, nous n’aurions peut-être pas pu nous rendre sur le terrain.
La possibilité d’évacuer l’eau du champ et de commencer à travailler le sol en février est un atout considérable pour notre exploitation. Cela change vraiment la donne pour nous, car cela va nous permettre de planter tout le champ en même temps. These days we need to be as efficient as possible and if we can save road time for our planter and combine to be able to plant and harvest with one trip to the farm, not to mention the potential yield benefits, then that’s a no brainer for us.

LEE LUBBERS – GREGORY, SOUTH DAKOTA

Lee Lubbers, de Gregory, dans le Dakota du Sud, a grandi dans la tradition agricole et se souvient très bien d’avoir utilisé les restes d’une bourse d’études comme acompte pour son premier tracteur et le loyer de 200 acres. Aujourd’hui, il exploite plus de 17 000 acres de soja, de maïs et de blé en sec. M. Lubbers dit que l’une des choses les plus importantes pour lui est de toujours apprendre et de se mettre au défi de construire une exploitation et un héritage dont la prochaine génération pourra être fière.
Cet hiver continue d’être très sec jusqu’à présent. Il peut y avoir de temps en temps une rafale de neige, mais chaque matin, nous nous réveillons et il n’y a que du marron à perte de vue. Ce n’est pas très souvent que les incendies constituent un risque en hiver dans le Dakota du Sud, mais c’est la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement à l’approche du printemps.
Les températures ont également été en dents de scie. Un jour, nous sommes à 50° F. et le lendemain, nous avons des températures inférieures à zéro et un refroidissement éolien de -30° F. Il semble que nous n’ayons pas eu de temps à perdre. Il semble que nous n’ayons pas encore eu une semaine consécutive de températures constantes. Les grandes variations de température ne sont pas bonnes pour notre blé, mais nous semblons tenir bon comme nous l’avons fait avec notre maïs et nos haricots au cours d’un été plus chaud que d’habitude. La couronne à la base du sol est encore verte, ce qui nous indique que la plante est encore vivante, mais la situation de l’humidité va devoir changer ce printemps si nous voulons que cette culture donne des résultats.
Il semble que tous nos travaux d’atelier consistent ces derniers temps à travailler sur un projet jusqu’à ce qu’il soit terminé ou à attendre qu’une pièce diverse arrive avant de le terminer. Sur notre projet de remorque, nous avons attendu 2 à 3 semaines pour que le métal déployé de base arrive avant de pouvoir enfin terminer nos supports. Pendant toutes nos années d’agriculture, nous n’avons jamais eu à attendre le métal déployé. Il a été très difficile d’obtenir des livraisons complètes d’acier jusqu’à présent cette année.

La remorque étant enfin terminée, nous apporterons ensuite notre planteuse à grande vitesse pour commencer à installer un nouveau système d’engrais dans les sillons de Capstan Ag. Nous attendons juste les nouveaux nettoyeurs de rangs qui ont été commandés en juin de l’année dernière. Oui, j’ai dit juin ! Entre les projets d’atelier et la mise au point de nos plans de bataille pour la saison, il y a beaucoup à faire. Restez en sécurité.

XtremeAg.farm est une équipe des meilleurs producteurs du pays qui se sont réunis pour partager leur expérience, leur expertise, leurs connaissances et leurs pratiques agricoles avec d’autres agriculteurs. Les membres ont accès au contenu exclusif de l’équipe ainsi qu’à un soutien individuel pour leur propre exploitation agricole. Visitez XtremeAg.farm pour plus d’informations.