août 10, 2022

L’USDA va consacrer jusqu’à 1,15 milliard de dollars au haut débit rural

L'USDA va consacrer jusqu'à 1,15 milliard de dollars au haut débit rural

Le secrétaire à l’agriculture, Tom Vilsack, a déclaré vendredi que l’USDA dépenserait jusqu’à 1,15 milliard de dollars pour apporter des services Internet à haut débit aux personnes vivant dans des communautés rurales. L’argent serait disponible sous forme de prêts et de subventions aux fournisseurs qui offrent un service avec des vitesses de téléchargement d’au moins 100 mégabits par seconde dans les zones qui ne disposent pas d’Internet à haut débit.
Pendant trop longtemps, la « fracture numérique » a laissé derrière elle trop de personnes vivant dans des communautés rurales », a déclaré M. Vilsack dans un communiqué. « Alors que nous reconstruisons mieux que ce que nous étions auparavant, les actions que j’annonce aujourd’hui contribueront grandement à garantir que les personnes qui vivent ou travaillent dans les zones rurales soient en mesure de tirer parti des avantages de la large bande, y compris l’accès aux soins de santé spécialisés, aux possibilités d’éducation et au marché mondial. »
L’USDA commencera à accepter les demandes de prêts et de subventions à partir du 24 novembre par le biais de son programme ReConnect. L’USDA a déclaré que les candidats doivent desservir des zones dépourvues de service à large bande à des vitesses de 100 mégabits par seconde (Mbps) (téléchargement) et de 20 Mbps (chargement) ; ils doivent également s’engager à construire des installations capables de fournir un service à large bande à des vitesses de 100 Mbps (téléchargement et chargement) à chaque emplacement dans leur zone de service proposée.
En prenant ses décisions de financement, l’USDA a déclaré qu’il donnerait la priorité aux projets qui desserviront les zones rurales à faible densité dépourvues de services d’accès à l’Internet ; dans ces zones, des vitesses d’au moins 25 Mbps (téléchargement) et 3 Mbps (chargement) doivent être offertes.
L’USDA a déclaré qu’il prendra en compte les besoins économiques de la communauté à desservir ; la mesure dans laquelle un fournisseur offrira des options de service abordables ; l’engagement d’un projet à respecter des normes de travail solides ; et si un projet dessert des terres tribales ou est soumis par un gouvernement local, un gouvernement tribal, un organisme à but non lucratif ou une coopérative.