mai 23, 2022

L’USDA comble les lacunes concernant l’origine du bétail laitier biologique

L'USDA comble les lacunes concernant l'origine du bétail laitier biologique

Après des années de lobbying de la part des agriculteurs biologiques, le département de l’agriculture a resserré ses règles sur la manière dont les animaux laitiers – bovins, caprins et ovins – entrent dans la production biologique, au nom de l’équité envers les agriculteurs et les consommateurs. La nouvelle règle sur l’origine du bétail mettrait fin à la pratique consistant à faire passer les animaux laitiers de la production biologique à l’alimentation avec des rations non biologiques à moindre coût.

  • EN SAVOIR PLUS : Un nouveau partenariat pour renforcer les produits laitiers biologiques en Nord-est

« Désormais, tous les éleveurs de bétail biologique auront la confiance et la certitude d’opérer dans un marché équitable et concurrentiel », a déclaré le secrétaire à l’agriculture Tom Vilsack. Jennifer Moffitt, sous-secrétaire à l’agriculture chargée du marketing, a déclaré que la nouvelle règle garantirait aux consommateurs que les produits portant le sceau « USDA Certified Organic » « répondent à leurs attentes quant à la manière dont les produits biologiques sont produits ».
En vertu de la nouvelle règle, qui entre en vigueur un an après sa publication dans le Federal Register, le lait et les produits laitiers doivent provenir d’animaux gérés biologiquement à partir du dernier tiers de la gestation, une exemption unique étant autorisée pour les nouvelles exploitations biologiques afin de faire passer le bétail non biologique à la production biologique sur une période de 12 mois. Autrement, les exploitations ne peuvent qu’élever ou acheter du bétail biologique. Elles ne peuvent pas convertir d’autres animaux à la production biologique ou acheter des animaux qui ont été convertis.
« Il s’agit d’une victoire pour les producteurs laitiers biologiques et tous ceux qui se soucient de l’intégrité du programme biologique », a déclaré Ed Maltby, directeur exécutif de la Northeast Organic Dairy Producers Alliance. « La nouvelle règle comble les lacunes qui ont donné à certaines exploitations un avantage injuste ».
Par le passé, les agriculteurs se sont plaints d’une application incohérente de la réglementation sur le bétail biologique. Certaines laiteries étaient autorisées à faire entrer systématiquement des animaux non biologiques dans leurs exploitations plutôt que d’élever leurs propres animaux de remplacement. D’autres encore retiraient des animaux biologiques d’un troupeau, les élevaient avec des aliments conventionnels, puis les réintroduisaient dans la production biologique, selon les critiques. Ces mesures d’économie donnaient à ces entreprises un avantage concurrentiel sur les agriculteurs qui s’étaient engagés à élever des animaux de manière biologique.
L’USDA a proposé une règle sur l’origine du bétail en 2015. Elle a été retirée par l’administration Trump et relancée en mai dernier par l’administration Biden.
Moffitt a annoncé l’achèvement du travail sur la nouvelle règle lors d’une audience du sous-comité de l’agriculture de la Chambre. « J’ai hâte de mettre cela en œuvre », a-t-elle déclaré. La représentante Chellie Pingree du Maine a déclaré que la nouvelle règle « va faire une énorme différence » et la représentante Kim Schrier de l’État de Washington a déclaré : « Mes agriculteurs biologiques seront tout simplement ravis d’entendre cela ».
« Cette réglementation de l’origine du bétail uniformise les règles du jeu en assurant la cohérence dans la façon dont les exploitations agricoles s’approvisionnent en vaches laitières et les transforment en production biologique », a déclaré Organic Valley, une coopérative laitière appartenant à des agriculteurs.
Le marché américain des produits laitiers biologiques a généré 6,6 milliards de dollars de revenus en 2019, ce qui en fait la deuxième plus grande catégorie d’aliments biologiques après les fruits et légumes, selon Statista. « La grande majorité des ventes de produits laitiers biologiques est attribuée au lait, suivi du yaourt et du beurre. » En 2020, les ventes de lait biologique ont totalisé 2,88 milliards de livres, précise le site, tandis que les ventes combinées de lait biologique et conventionnel ont atteint 46,2 milliards de livres.
Pour lire le texte de la règle, cliquez ici.
Une fiche d’information de l’USDA sur la règle est disponible ici.