août 9, 2022

L’invasion russe continue de faire des ravages dans tous les secteurs agricoles en Ukraine

L'invasion russe continue de faire des ravages dans tous les secteurs agricoles en Ukraine

Parce que les ports ukrainiens sont bloqués par la Russie, seulement un demi-million de tonnes de céréales peuvent être exportées par le pays par mois, selon Taras Vysotsky, vice-ministre ukrainien de la politique agraire. Cela ne représente que 10% de la capacité d’exportation d’avant-guerre.
À l’heure actuelle, trois ports ukrainiens sont sous contrôle russe, à savoir Mariupil, Berdiansk et Kherson. Le port de Mykolaïv a été gravement endommagé. Il ne reste que deux ports intacts : Odessa et Chornomorsk près d’Odessa. Les routes maritimes vers/depuis l’Ukraine ont été minées et complètement bloquées.
Bien que l’exportation par chemin de fer soit une option, le principal problème est la différence d’écartement des voies d’un pays à l’autre. L’Ukraine utilise un écartement de voie de 1520 mm tandis que les pays européens utilisent un écartement de 1435 mm, de sorte que l’essieu monté sur chaque wagon doit être changé lors du franchissement de la frontière dans un sens ou dans l’autre. Cette opération prend beaucoup de temps.

  • EN SAVOIR PLUS : Ce que les fabricants disent de la guerre en Ukraine

Les deux traditionnels, L’agriculture biologique souffre

En raison de l’invasion militaire de l’Ukraine par la Russie, le ministère de la Politique agraire prévoit que la superficie ensemencée de cultures de printemps diminuera de 20,5 % ou 3,5 millions d’hectares en 2022 (13,44 millions d’hectares en 2022 contre 16,92 millions d’hectares en 2021).
Le ministre de la Politique agraire, Mykola Solsky, a conseillé aux producteurs agricoles de cultiver des oléagineux à forte marge (par exemple, le tournesol, le colza et le soja) car leur logistique est nettement plus simple.

  • LIRE LA SUITE :Un tiers des champs dans les zones occupées, les zones hostiles ne seront pas plantées, déclare un journaliste agricole ukrainien

Depuis le début de l’invasion russe à grande échelle de l’Ukraine, le secteur biologique, comme l’ensemble de l’industrie agricole, souffre d’agressions.
Actuellement, la demande de produits biologiques est très faible, car il existe un besoin critique de fournir aux Ukrainiens des denrées alimentaires de base. Les chaînes d’approvisionnement ont également été rompues. Plus de 10 millions de citoyens ont migré vers des régions plus sûres, et environ 4 millions de citoyens ont traversé la frontière. Un autre facteur est la diminution du pouvoir d’achat des consommateurs en raison de la perte de revenus ou de l’inflation.
En 2020, il y avait 462 225 000 hectares de terres biologiques en Ukraine. Une grande partie des terres consacrées à la production biologique se trouvent dans des zones où il y a actuellement des hostilités ou une occupation. Par exemple, la région de Kherson (environ 81 500 hectares), qui est le plus grand producteur agricole biologique d’Ukraine, est presque entièrement occupée par les troupes russes.
Les autres zones de production biologique non accessibles incluent :

  • Région de Zaporizhzhia   – environ 44,5 000 hectares
  • Région de Kharkiv     – environ 4 000 hectares
  • Région de Chernihiv     – environ 10 000 hectares

Cela signifie que l’accès à au moins 30 % des terres biologiques est impossible. Quelque 30% des opérateurs déclarent avoir arrêté leur activité ; 15 % supplémentaires sont sur le point d’arrêter ; 32 % opèrent à temps partiel ; et seulement 7 % fonctionnent comme avant. Environ 15 % des opérateurs livrent leurs produits biologiques gratuitement pour soutenir l’armée et la population ukrainiennes, et certains agriculteurs biologiques vendent des aliments biologiques à des prix non biologiques (sans prime).

  • EN SAVOIR PLUS :Les entrepôts de machines agricoles russes bombardent, selon un journaliste agricole ukrainien

Impact sur l’industrie du bétail

Comme certaines usines de transformation laitière dans les régions proches des hostilités ou sous occupation sont fermées, les agriculteurs ne peuvent vendre que du lait cru aux habitants des environs. Certains agriculteurs ont dû abattre des animaux en raison du manque de nourriture.
Les troupes russes ont tué tout le bétail appartenant à la société Agromol, située près de la ville de Kharkiv. Cela n’a pas été fait parce que les troupes avaient faim, mais plutôt pour causer un maximum de dommages à l’agriculture ukrainienne.

17% des épiceries fermées, détruites

Depuis l’invasion du 24 février, 580 épiceries (17% du total) ont été fermées ou détruites dans tout le pays. Avant la guerre, les épiceries recevaient leurs stocks de leurs centres de distribution desservis par des fournisseurs. Maintenant, toutes les chaînes de cette logistique ont été détruites. Les Russes ont détruit (et continuent de le faire) des routes, des ponts, des installations de stockage et des usines de transformation. Les fournisseurs sont également confrontés à des pénuries de carburant.
Les plus gros problèmes sont les routes en ruine et la sécurité des camions. Il est également impossible de fournir de la nourriture aux villes occupées ou encerclées. Certains producteurs et usines de transformation offrent des remises aux détaillants qui s’approvisionnent chez eux par leurs propres moyens de transport.
Depuis le 1er avril, l’interdiction de vendre de l’alcool a été levée à Kiev. Les autorités expliquent que cette mesure est nécessaire pour renflouer les budgets de l’État et des collectivités locales. Les magasins, restaurants, cafés, etc. sont autorisés à vendre de l’alcool de 11 heures à 16 heures.
Les troupes russes ciblent désormais les dépôts pétroliers et les raffineries de pétrole afin de perturber l’approvisionnement en carburant de l’armée et des agriculteurs ukrainiens. Le gouvernement et les entreprises mettent en place des chaînes d’approvisionnement depuis l’étranger mais, là encore, le principal obstacle est la différence d’écartement des voies ferrées.