juin 29, 2022

Les producteurs de maïs demandent l’abandon des droits de dumping sur les engrais

Les producteurs de maïs demandent l'abandon des droits de dumping sur les engrais

Les entreprises américaines devraient donner un répit aux agriculteurs en retirant leurs demandes de droits antidumping sur les engrais importés, a déclaré un groupe de producteurs de maïs lors d’une audience de la Chambre mardi, qui a été dominée par des rapports sur la hausse des coûts de production des cultures.
Les groupes agricoles ont généralement appelé à un soutien des prix plus élevé dans la prochaine loi agricole de 2023, les producteurs de riz, de soja et de coton affirmant que la limite annuelle de 125 000 dollars par personne pour les subventions aux cultures était trop faible.
« Les prix élevés de ces deux dernières années ne dureront pas éternellement et il est important que le Congrès maintienne en place un solide filet de sécurité étant donné la nature cyclique de l’économie agricole », a déclaré Nicole Berg, vice-présidente de l’Association nationale des producteurs de blé, à la commission de l’agriculture de la Chambre.
« La hausse des coûts des intrants est une préoccupation majeure », a déclaré Chris Edgington, président de l’Association nationale des producteurs de maïs. « Plus précisément, les prix des engrais ont grimpé en flèche pour atteindre des niveaux records et plusieurs entreprises ont malheureusement aggravé une mauvaise situation pour les producteurs en demandant l’application de tarifs douaniers sur les engrais phosphatés et azotés. »
La NCGA et ses affiliés ont « demandé directement à ces entreprises de retirer volontairement leurs demandes de tarifs douaniers », a déclaré M. Edgington.
Plusieurs groupes agricoles contestent, devant le Tribunal américain du commerce international, la décision prise il y a un an par la Commission américaine du commerce international d’imposer des droits compensatoires allant jusqu’à 47 % sur le phosphate en provenance de Russie et du Maroc, rapporte DTN/Progressive Farmer. Les responsables du commerce ont également fixé des droits préliminaires allant jusqu’à 137 % sur l’UAN (nitrate d’ammonium d’urée) en provenance de Russie et de Trinidad. La Russie est un exportateur d’engrais de premier plan.
Les groupes représentant les producteurs d’arachides, de riz, de tournesol, de coton, de blé et de maïs ont déclaré que les coûts de production étaient en forte hausse, les engrais en étant la principale raison.
La guerre commerciale sino-américaine, la pandémie et une série de sécheresses, de gelées et de tempêtes dévastatrices, qui ont toutes entraîné des dizaines de milliards de dollars de paiements provisoires, ont suscité l’intérêt pour un programme de secours en cas de catastrophe qui fonctionnerait parallèlement aux subventions et à l’assurance des cultures. Les leaders du coton et du sucre ont mentionné l’idée lors de leur témoignage.
Les réactions aux séances d’écoute avec les producteurs de soja cet hiver ont fourni « une orientation claire selon laquelle, si un programme permanent d’aide en cas de catastrophe est créé, la protection financière fournie par les programmes du titre I (subventions aux cultures) et l’assurance récolte ne devrait pas être réduite pour financer le programme de catastrophe », a déclaré Brad Doyle, président de l’American Soybean Association.
Pour regarder une vidéo de l’audition, cliquez ici.
Pour lire le témoignage écrit des groupes agricoles, cliquez ici.