décembre 7, 2021

Les exportations agricoles américaines vont établir un record, mais pas aussi important que prévu

Les exportations agricoles américaines vont établir un record, mais pas aussi important que prévu

La Chine achète moins de cultures et de bétail américains que prévu, en particulier du soja, et les exportations agricoles américaines en souffrent. Les ventes devraient atteindre le chiffre record de 175,5 milliards de dollars pour cette année fiscale, a déclaré mardi l’USDA, mais tout comme le record établi l’année dernière, la crête n’était pas aussi élevée qu’elle le semblait pendant l’été.

La nouvelle estimation est « en baisse de 2 milliards de dollars par rapport aux prévisions d’août, mais reste un record si elle est réalisée », indique le rapport trimestriel de l’USDA intitulé Outlook for U.S. Agricultural Trade. « La projection pour les exportations de soja est en baisse de 3,9 milliards de dollars à 28,4 milliards de dollars en raison de la baisse des prix et du ralentissement de la demande chinoise. »

Le soja est l’exportation agricole américaine la plus précieuse. La Chine est le plus gros client des exportations agricoles américaines, avec 1 dollar sur 5 dollars de ventes.

Les exportations agricoles ont atteint le chiffre record de 172,2 milliards de dollars pour l’exercice 2021, qui s’est terminé le 30 septembre. C’est 10 % de plus que l’ancienne marque de 156,9 milliards de dollars de 2015, mais 1,3 milliard de dollars de moins que prévu en août. Cette année dépasserait le record de 3,3 milliards de dollars, soit 2 %, sur la base des conditions actuelles.

Environ 20 ¢ de chaque dollar de recettes agricoles sont générés par les exportations, de sorte que les ventes aux acheteurs étrangers constituent une partie essentielle du revenu des agriculteurs. L’économie agricole est dynamique, grâce à une série de prix élevés des produits de base qui a débuté à la fin de l’été 2020 et à un torrent de paiements de secours en cas de pandémie par le gouvernement.

La Chine, le plus grand importateur agricole du monde, a acheté des quantités record de produits américains, mais pas autant que prévu. Elle a acheté pour 33,4 milliards de dollars de produits agricoles américains au cours de l’exercice 2021, soit bien moins que les 37 milliards de dollars prévus par l’USDA en août. Tout de même, le total était presque deux fois plus important que les 17 milliards de dollars comptabilisés en 2019 pendant la guerre commerciale sino-américaine.

« La prévision pour la Chine est en baisse de 3,0 milliards de dollars par rapport à août, à 36 milliards de dollars, principalement en raison de la baisse prévue des valeurs unitaires du soja », ont déclaré les économistes de l’USDA. « Malgré les révisions à la baisse, la nouvelle prévision sera toujours un record si elle est réalisée ».

Début 2020, la Chine et les États-Unis ont convenu de désescalader la guerre commerciale dans le cadre d’un accord de « phase un » qui prévoyait que la Chine achète 200 milliards de dollars supplémentaires de biens et services américains sur une période de deux ans. Cet accord expire à la fin de cette année, de nombreuses questions commerciales devant encore être résolues par les deux nations.

La Chine était tenue d’importer 80,1 milliards de dollars de produits agricoles américains sur la période de deux ans et a débarqué 50,3 milliards de dollars jusqu’en septembre de cette année, selon le groupe de réflexion Peterson Institute for International Economics, qui suit l’accord de la première phase.

« Je pense que la Chine achète ce dont elle a besoin », a déclaré Joe Glauber du groupe de réflexion IFPRI. « Pour comprendre les importations chinoises, il faut regarder leurs bilans et ce qui se passe dans le secteur animal. Malheureusement, la réponse n’est pas toujours limpide en raison du manque de données de qualité sur la production, la consommation et, surtout, les stocks. »

L’économie chinoise, qui a connu une croissance de 8 % l’an dernier alors qu’elle sortait de la pandémie, devrait ralentir à 5,6 % cette année, plombée par les inquiétudes liées à la dette immobilière et les revers de la fabrication, a indiqué l’USDA. La reprise américaine a quelque peu vacillé cet automne, mais la croissance en 2022 devrait atteindre 5,2 %, contre 4,2 % prévus en août.

Les exportations d’éthanol devraient atteindre le chiffre record de 2,9 milliards de dollars pour l’exercice 2022, battant ainsi un record vieux de dix ans grâce à la hausse des prix au gallon.