juillet 5, 2022

Les craintes pour l’agriculture et le commerce ont empêché l’Inde de signer les engagements relatifs aux forêts et au méthane lors de la COP26.

Des femmes vénèrent une vache, un animal tenu pour sacré par les croyances hindoues, pour demander la bénédiction pour leur enfant mâle lors du festival Bach Baras à Ajmer, en Inde, le 29 août 2016. REUTERS/Himanshu Sharma

NEW DELHI, 3 nov. (Reuters) – L’Inde n’a pas signé l’engagement pris lors de la COP26 de mettre fin à la déforestation et de réduire les émissions de méthane d’ici 2030 en raison de ses inquiétudes quant à l’impact sur le commerce, sur le vaste secteur agricole du pays et sur le rôle de l’élevage dans l’économie rurale, ont déclaré des responsables.

Lors de la conférence mondiale sur le climat COP26 qui s’est tenue à Glasgow, en Écosse, les dirigeants du monde entier se sont engagés mardi à mettre un terme à la déforestation.

L’agriculture représente plus de 15 % de l’économie indienne, qui s’élève à 2 700 milliards de dollars, et emploie près de la moitié des plus de 1,3 milliard d’habitants du pays.

Environ deux tiers des Indiens vivent à la campagne et l’important cheptel indien est au cœur de l’agriculture du pays et de son économie villageoise.

La réduction des émissions de méthane, générées par le système digestif et le fumier des vaches, constitue donc un défi majeur.

La sylviculture en elle-même est moins problématique pour l’Inde, mais le pays a été troublé par une clause de la déclaration de la COP26 qui pourrait limiter le commerce, ont déclaré deux responsables gouvernementaux qui ont demandé à ne pas être identifiés.

« Comme notre commerce international devient de plus en plus une grande partie de notre économie, nous ne voulions clairement pas de clause sur le commerce », a déclaré un fonctionnaire. « Nous ne voulions aucune mention du commerce parce que notre position est que tout engagement en faveur de l’environnement et du changement climatique ne devrait pas impliquer de référence au commerce. »

L’Inde étant membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), toute question liée au commerce ne devrait être examinée que par l’OMC, a ajouté le second fonctionnaire.

Outre l’Inde, la Chine et la Russie n’ont pas non plus signé l’engagement qui appelle à des efforts pour réduire les émissions de méthane de 30 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2020.