décembre 7, 2021

Les camionneurs brésiliens protestent contre le prix élevé du carburant, mais aucune perturbation majeure n’est signalée.

1/2Des camionneurs discutent avec des policiers alors qu’ils veulent protester et promouvoir une grève contre la hausse des prix du carburant à Santos, dans l’État de Sao Paulo, au Brésil, le 1er novembre 2021. REUTERS/Amanda Perobelli

Lire la suiteSANTOS, Brésil, 1er novembre (Reuters) – Les camionneurs brésiliens qui protestent contre la hausse des prix du carburant n’ont pas perturbé la logistique du pays, aucune route fédérale ni aucun port n’ayant été bloqué, a déclaré lundi le ministère des Infrastructures.

Citant des données de la police fédérale des autoroutes mises à jour vers midi, le dernier communiqué du ministère sur les protestations en cours indique qu’il n’y avait qu’un seul endroit où les camionneurs manifestaient encore – l’autoroute BR-116 dans la ville de Barra Mansa.

Il n’y a pas de blocages et les camionneurs qui ne participent pas aux manifestations ont pu poursuivre leurs déplacements, précise le communiqué.

La flambée des prix du diesel a contribué à une inflation à deux chiffres au Brésil, nuisant à la reprise économique après l’épidémie de coronavirus la plus meurtrière au monde et soulevant la perspective d’une grève majeure des camionneurs comme celle qui a paralysé les routes en 2018.

La gestion des prix élevés du carburant est une priorité absolue pour le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui tente de restaurer une partie de sa popularité avant les élections générales de l’année prochaine. Il soutient depuis longtemps les camionneurs brésiliens, qui constituent une partie essentielle de sa base de soutien.

Les ports brésiliens et les plateformes de distribution de carburant n’ont pas été touchés par les manifestations, selon le ministère des infrastructures.

Au port de Santos, cependant, les camionneurs ont organisé une manifestation aux premières heures de la journée ; la police est alors intervenue et a expulsé les manifestants, mais il n’y a pas eu d’arrestation.
« Les camionneurs autonomes demandent ce qui est leur droit », a déclaré Romero Costa, un directeur du syndicat Sindicam, faisant référence aux salaires, aux prestations de retraite et aux coûts élevés du carburant. « Nous ne bloquions aucune route ».

Les autorités portuaires de Santos n’ont pas eu de commentaire immédiat.

Selon une déclaration de l’agence maritime Cargonave, une décision de justice brésilienne a interdit aux camionneurs de bloquer l’accès au port et les routes principales. Ainsi, les marchandises arrivaient normalement à Santos, le plus grand port d’Amérique latine.

Il est peu probable que les protestations de lundi gagnent en force, principalement parce qu’elles ne bénéficient pas du soutien de tous les syndicats de camionneurs, a déclaré Cargonave dans un communiqué, ajoutant que tous les grands ports du Brésil fonctionnaient normalement.