décembre 7, 2021

Le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande concluent un accord de libre-échange

La Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande sont parvenues à un accord de principe sur un accord de libre-échange visant à réduire les tarifs, à améliorer le commerce des services et à rapprocher Londres d’un accord commercial transpacifique plus large.

Les Premiers ministres Boris Johnson et Jacinda Ardern ont scellé l’accord lors d’un appel Zoom mercredi après 16 mois de négociations.

« C’est un grand accord commercial pour le Royaume-Uni, cimentant notre longue amitié avec la Nouvelle-Zélande et renforçant nos liens avec l’Indo-Pacifique », a déclaré Johnson dans un communiqué.

Cela survient quelques mois seulement après un accord britannique similaire avec l’Australie, alors que les ministres à Londres cherchent à étoffer un pivot post-Brexit pour s’éloigner du commerce avec l’Union européenne.

« Cet accord sert bien l’économie et les exportateurs néo-zélandais alors que nous nous reconnectons, reconstruisons et récupérons du COVID-19, et regardons vers l’avenir », a déclaré Ardern lors d’une conférence de presse à Wellington, ajoutant que l’accord était le meilleur du pays.

Les tarifs sur 97% des produits seront éliminés pour les deux pays le jour où l’accord entrera en vigueur, a déclaré Ardern.

L’impact économique immédiat de tout accord sur l’économie britannique de 3 000 milliards de dollars devrait être négligeable selon les analyses britanniques publiées en 2019 et 2020. Une analyse économique mise à jour sera publiée lors de la signature de l’accord, pour laquelle aucune date n’a été fixée.

La Nouvelle-Zélande a déclaré que l’accord augmenterait son PIB de près d’un milliard de dollars néo-zélandais. Il s’agit du deuxième accord de la nation du Pacifique Sud cette année après avoir conclu en janvier un accord commercial amélioré avec son plus grand partenaire commercial, la Chine.

INCLINAISON PACIFIQUE
1/3Le Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern s’entretient par vidéoconférence avec le Premier ministre britannique Boris Johnson alors qu’ils scellent un accord de libre-échange, en Nouvelle-Zélande, sur cette photo distribuée le 20 octobre 2021. Photo prise le 20 octobre 2021. Bureau du Premier ministre de Nouvelle-Zélande/Handout via REUTERS

Lire la suite Les échanges entre le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande se sont élevés à 2,3 milliards de livres sterling (3,18 milliards de dollars) l’année dernière. Cet accord marque le retour de liens commerciaux étroits entre les deux pays, qui avaient été réduits lorsque la Grande-Bretagne a rejoint la Communauté économique européenne dans les années 1970.

Il s’inscrit également dans le cadre des efforts déployés par la politique étrangère britannique pour accroître son influence dans la région indo-pacifique et tenter de modérer la domination mondiale de la Chine.

L’accord a pris plus de temps que prévu, arrivant près de deux mois après la date prévue. Le parti travailliste de l’opposition britannique l’a critiqué, affirmant qu’il portait préjudice aux agriculteurs et ne répondait pas aux attentes en matière d’emploi, d’exportations ou de croissance économique.

Toutefois, les ministres considèrent qu’il s’agit d’une nouvelle étape vers l’adhésion à l’accord global et progressif pour le partenariat transpacifique (CPTPP), un bloc de 11 pays comprenant l’Australie, Singapour et le Mexique.

L’adhésion au CPTPP est devenue le principal objectif commercial post-Brexit de la Grande-Bretagne après que les perspectives d’un accord rapide et complet avec les États-Unis se soient estompées. La Grande-Bretagne espère devenir membre du CPTPP d’ici à la fin de l’année 2022.

En vertu de ce pacte commercial, les droits de douane sur les produits laitiers seront progressivement éliminés après cinq ans. Il mettra également fin à des droits de douane annuels de 14,1 millions de dollars néo-zélandais sur le vin, principale exportation de la Nouvelle-Zélande vers le Royaume-Uni.

Il accorde un accès nettement plus important à la viande bovine et ovine néo-zélandaise sur le marché britannique, et tous les droits de douane seront éliminés au bout de 15 ans, ce qui contrarie les agriculteurs britanniques.
« Le gouvernement demande maintenant aux agriculteurs britanniques d’affronter certains des agriculteurs les plus orientés vers l’exportation dans le monde, sans les investissements sérieux, à long terme et correctement financés dans l’agriculture britannique qui peuvent nous permettre de le faire », a déclaré la présidente du Syndicat national des agriculteurs, Minette Batters.

(1 dollar = 0,7235 livre)