janvier 21, 2022

Le premier droit à l’alimentation au niveau national gagne dans le Maine

Le premier droit à l'alimentation au niveau national gagne dans le Maine

Les électeurs du Maine ont approuvé mardi à une large majorité un amendement constitutionnel établissant un droit à l’alimentation, malgré des désaccords sur sa signification, selon des résultats non officiels. L’amendement, qui est la première garantie constitutionnelle de ce type dans le pays, a été adopté par une marge de 3 contre 2, les votes ayant été comptés dans 507 des 571 circonscriptions de l’État.
Décrit comme une excroissance du mouvement pour la souveraineté alimentaire, l’amendement affirme que les habitants de Main ont le droit de cultiver et de consommer les aliments de leur choix. Les partisans de l’amendement, comme le représentant de l’État William Falkingham, ont déclaré que l’amendement « signifie que les gens ont les moyens de cultiver ou de produire des aliments sans interférence du gouvernement, ou sans interdictions, afin de répondre à leurs besoins alimentaires pour une santé optimale ».
Le décompte des voix n’étant pas terminé, l’amendement a été approuvé par 61 % des électeurs et rejeté par 31 % d’entre eux, rapporte le Portland Press Herald.
Les opposants ont déclaré que l’amendement était rédigé de manière si large qu’il pourrait passer outre les lois sur la cruauté envers les animaux ou ouvrir la porte aux animaux domestiques dans les arrière-cours urbaines. Le Bangor Daily News a déclaré que la formulation ambiguë mettrait les juges en charge d’interpréter la signification de l’amendement au niveau pratique. « Nous ferons également remarquer que l’amendement constitutionnel proposé dans la Question 3 ne mentionne pas expressément la faim », a déclaré le journal le 20 octobre.
Le libellé de l’amendement était le suivant : « Tous les individus ont un droit naturel, inhérent et inaliénable à la nourriture, y compris le droit de conserver et d’échanger des semences et le droit de cultiver, d’élever, de récolter, de produire et de consommer la nourriture de leur choix pour leur propre alimentation, leur subsistance, leur santé corporelle et leur bien-être, tant qu’un individu ne commet pas d’intrusion, de vol, de braconnage ou d’autres abus des droits de propriété privée, des terres publiques ou des ressources naturelles dans la récolte, la production ou l’acquisition de nourriture. »