décembre 7, 2021

Le Parlement européen veut légiférer sur les émissions de méthane qui réchauffent la planète.

Des bulles de méthane sont vues dans une zone de marécages à un poste de recherche à Stordalen Mire près d’Abisko, en Suède, le 1er août 2019.REUTERS/Hannah McKay

BRUXELLES, 21 octobre (Reuters) – Le Parlement européen a demandé jeudi à l’UE d’obliger légalement les entreprises à réparer les fuites de méthane et d’imposer aux pays des objectifs contraignants de réduction des émissions de ce puissant gaz à effet de serre, plantant le décor d’une législation que Bruxelles proposera plus tard cette année.

Le méthane est la deuxième cause de changement climatique après le dioxyde de carbone. Il est émis par des sources telles que les fuites des infrastructures de combustibles fossiles, l’élevage et les décharges.

Ce gaz a un potentiel de piégeage de la chaleur plus élevé que le CO2 mais il se décompose plus rapidement dans l’atmosphère, ce qui signifie que des réductions importantes des émissions de méthane d’ici à 2030 pourraient avoir un impact rapide sur le ralentissement du réchauffement climatique.

« Nous avons besoin d’une victoire rapide pour lutter contre le changement climatique », a déclaré la législatrice grecque Maria Spyraki, auteur de la résolution du Parlement.

Jeudi, le Parlement a soutenu, par 563 voix contre 122, le projet de la Commission européenne de proposer une législation en décembre qui obligerait les compagnies pétrolières et gazières à déclarer leurs émissions de méthane et à trouver et réparer les fuites.

Le Parlement a déclaré que les règles devraient s’appliquer à l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement en pétrole et en gaz « dès que possible » et que l’UE devrait subordonner les importations de combustibles fossiles au respect de ces règles – une mesure qui frapperait des producteurs comme la Russie et l’Algérie.

L’appel du Parlement ajoute à la pression exercée sur l’UE pour qu’elle s’attaque aux émissions de méthane dans les chaînes d’approvisionnement internationales des combustibles fossiles consommés en Europe – une mesure que la Commission a dit envisager mais pour laquelle elle ne s’est pas encore fermement engagée.

L’UE importe plus de 80 % du gaz et du pétrole qu’elle consomme. La plupart des émissions de méthane associées à ces combustibles se produisent en dehors des frontières de l’UE, dans les chaînes d’approvisionnement qui arrivent en Europe depuis l’étranger.

Les législateurs ont également déclaré que Bruxelles devrait fixer des objectifs nationaux contraignants pour que les pays de l’UE réduisent leurs émissions de méthane dans tous les secteurs.

L’Union européenne et les États-Unis tentent d’inciter d’autres pays à réduire plus rapidement leurs émissions de méthane. Lors du prochain sommet sur le climat (COP26), ils lanceront officiellement un engagement commun visant à réduire les émissions de méthane de 30 % d’ici à 2030. À ce jour, plus de 30 pays ont signé cet engagement.