mai 23, 2022

Le FBN prévoit une diminution des surfaces de maïs en 2022

Le FBN prévoit une diminution des surfaces de maïs en 2022

Le mélange de cultures de 2022 s’annonce comme une course folle alors que les agriculteurs tentent d’ajuster les pratiques de culture avec la flambée des prix des intrants et la volatilité des prix des cultures, déclare Kevin McNew, économiste en chef au Farmers Business Network (FBN).
McNew s’est entretenu avec Réussir l’agriculture le 29 mars, le lendemain du dévoilement par FBN de son rapport sur les plantations 2022.

  • EN SAVOIR PLUS :le rapport de l’USDA est haussier pour le maïs, baissier pour le soja

Dans le rapport, FBN prévoit que les superficies cultivées en 2022 totaliseront :

  • Maïs : 91,1 millions d’acres
  • Soja : 89,2 millions d’acres
  • Sorgho : 7,0 millions d’acres
  • Coton : 12,4 millions d’acres
  • Riz : 2,5 millions d’acres
  • Blé d’hiver : 34,4 millions d’acres
  • Blé de printemps (non dur) : 11,2 millions d’acres
  • Durum : 1,8 million d’acres.

Les 91,1 millions d’acres de maïs estimés par FBN sont inférieurs aux 92 millions d’acres prévus par le commerce des cultures, car les prix que les agriculteurs peuvent recevoir pour planter des cultures concurrentes sont séduisants, selon M. McNew.
« Les agriculteurs ne font pas seulement le calcul maïs/soja, même si c’est le cas en Iowa et en Illinois. Mais dans les plaines du Nord, par exemple, il y a le blé de printemps. Dans les Plaines du Sud, il y a le coton », explique-t-il.
Si l’on prend en compte le coût des engrais, qui représente un poste de dépense énorme pour les agriculteurs produisant du maïs, les agriculteurs des États où le maïs est moins efficace pour transformer les engrais azotés en maïs seront tentés de regarder ailleurs. Parmi ces États figurent le Dakota du Nord, le Colorado et le Texas.

Corn and Soybean Outlook

McNew dit que la baisse des acres de maïs de 93,4 millions d’acres en 2021 à 91,1 millions d’acres en 2022 envoie un signal haussier aux agriculteurs.
FBN s’attend à ce que les agriculteurs du Dakota du Nord réduisent la superficie consacrée au maïs de 472 000 acres.
Les principaux États producteurs de maïs qui perdront des acres sont l’Iowa (-206 000), l’Illinois (-198 000), le Nebraska (-178 000) et l’Indiana (-162 000).
Selon FBN, le signal du marché pour le soja est neutre, avec 89,2 millions d’acres de soja qui devraient être plantés en 2022, contre 87,2 millions d’acres l’année dernière. North Dakota growers will plant nearly 798,000 acres more of beans in 2022; elsewhere, the “I” States also will plant between 187,000 and 265,000 more acres this year.

Other surprises

McNew s’attend à ce que les agriculteurs plantent environ 200 000 acres de moins de blé de printemps en 2022 ; ils choisiront plutôt de planter des légumineuses, dont la valeur est assez élevée en ce moment.
« Nous avons vu les agriculteurs du Dakota du Nord et du Montana se retirer du blé de printemps à un moment où le marché s’attend globalement à une augmentation considérable des acres de blé de printemps. Nous sommes un peu à l’opposé de ce que pense le marché », explique-t-il.
La superficie consacrée au sorgho a également surpris M. McNew. Les agriculteurs ont planté 7,3 millions d’acres de sorgho en 2021, et ce chiffre devrait rester autour de 7,0 millions d’acres en 2022. Alors que les agriculteurs du Texas vont transférer environ 300 000 acres de sorgho vers le coton, le Nebraska, l’Oklahoma, le Colorado et le Kansas devraient maintenir ou augmenter leurs superficies, probablement en raison des conditions de sécheresse dans ces États et d’un coût de production par acre plus faible pour le sorgho que pour le maïs.
M. McNew reste optimiste quant aux prix des cultures en 2022.
« Notre point de vue est que nous ne pensons pas qu’il y ait une raison pour que le marché tombe du lit. Nous connaîtrons des jours difficiles qui feront baisser la prime du marché, mais il n’y a pas de chemin vers un maïs à 4 dollars et des haricots à 8 dollars. Ce que nous verrons dans le rapport de l’USDA sur les plantations le 31 mars ne fera pas dérailler ce marché haussier. »