décembre 7, 2021

La pluie en Côte d’Ivoire stimule la récolte de cacao, mais suscite des craintes de moisissures

ABIDJAN, 1er novembre (Reuters) – Les fortes pluies qui se sont abattues la semaine dernière sur la plupart des régions productrices de cacao de Côte d’Ivoire permettront de prolonger la récolte principale d’octobre à mars, ont déclaré lundi les agriculteurs, même si certains s’inquiètent de la qualité des fèves.

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, entrera bientôt dans sa saison sèche qui s’étend de mi-novembre à mars.

Les agriculteurs ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que la récolte reprenne ce mois-ci et que la récolte principale de 2021/22 soit concentrée entre novembre et janvier. Les fortes pluies permettront à davantage de cabosses de se développer pour la récolte en février et mars, ont-ils ajouté.

Mais l’humidité risque également de nuire à la qualité des haricots, ont déclaré les agriculteurs de la région occidentale de Man, où les précipitations ont atteint 77,6 millimètres (mm) la semaine dernière, soit 36,5 mm de plus que la moyenne sur cinq ans.

« Si les précipitations se poursuivent cette semaine, de nombreuses livraisons seront moisies et de mauvaise qualité », a déclaré Ali Massoba, qui exploite une ferme près de Man, ajoutant qu’il avait été difficile de transporter les haricots depuis la brousse car la pluie avait endommagé certaines routes rurales.

La semaine dernière, les précipitations ont été bien supérieures à la moyenne dans la région occidentale de Soubre, dans les régions méridionales d’Agboville et de Divo, et dans la région orientale d’Abengourou. Les agriculteurs ont déclaré que le séchage des haricots prenait trop de temps mais que l’humidité renforcerait les arbres avant le début de la saison sèche.

« Nous sommes heureux. Nous avons encore besoin de bonnes pluies mélangées à du soleil jusqu’à la fin de ce mois et avant l’Harmattan », a déclaré Kouassi Kouame, qui exploite une ferme près de Soubre, où 50 mm de pluie sont tombés la semaine dernière, soit 30,6 mm de plus que la moyenne.

Le vent sec de l’Harmattan balaie chaque année le désert du Sahara pendant une période variable entre décembre et mars, provoquant une forte baisse de l’humidité.

Les précipitations ont également été supérieures à la moyenne dans la région de Daloa (centre-ouest) et dans les régions centrales de Bongouanou et Yamoussoukro.

Les températures moyennes journalières en Côte d’Ivoire ont varié entre 26,3 et 30,1 degrés Celsius la semaine dernière. (Reportage de Loucoumane Coulibaly ; édition de Nellie Peyton et David Holmes)