août 8, 2022

La Cour suprême de l’Inde : Les agriculteurs protestataires ne peuvent pas bloquer les routes indéfiniment

Des agriculteurs lèvent la main alors qu’ils arrivent dans un chariot de tracteur sur le site d’une manifestation contre les lois agricoles à la frontière de Singhu, près de New Delhi, en Inde, le 30 janvier 2021. REUTERS/Adnan Abidi
Lire la suiteNEW DELHI, 21 octobre (Reuters) – La Cour suprême de l’Inde a déclaré jeudi que les agriculteurs ont le droit de protester contre le gouvernement au sujet de trois nouvelles lois agricoles, mais que les manifestants ne peuvent pas bloquer une route indéfiniment.
Depuis 11 mois, des dizaines de milliers d’agriculteurs campent sur les principales autoroutes autour de la capitale New Delhi pour s’opposer à ces lois, introduites à la fin de l’année dernière, dans le cadre de la plus longue manifestation d’agriculteurs contre le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi.
« Les agriculteurs ont le droit de protester, mais ils ne peuvent pas bloquer les routes indéfiniment pour cela », a déclaré le juge Sanjay Kishan Kaul dans l’arrêt de la Cour suprême.
Un pétitionnaire avait saisi la Cour suprême pour se plaindre que les campements d’agriculteurs sur les autoroutes qui relient New Delhi aux États voisins créent des problèmes pour les automobilistes.
Les groupes d’agriculteurs ont déclaré à la Cour que leurs protestations se limitent à une petite partie des autoroutes. Ils ont déclaré que la police a érigé une rangée de barricades autour des sites de protestation, ce qui a entraîné des barrages routiers.
Le résultat de l’audience de jeudi était préliminaire et le tribunal a demandé aux groupes d’agriculteurs de soumettre leur réponse, une nouvelle audience étant prévue pour le 7 décembre.
Le gouvernement affirme que les nouvelles lois libéreront les agriculteurs de l’obligation de vendre leurs produits uniquement sur des marchés de gros réglementés et faciliteront l’agriculture contractuelle.
Les agriculteurs insistent sur le fait que les nouvelles lois les laisseront à la merci des grandes entreprises. lire la suite