Les TIC et les jeunes dans les systèmes innovants agricoles

« Le développement agricole dépend de l’innovation. L’innovation est une source importante d’amélioration de la productivité, de la compétitivité et de la croissance économique dans les économies avancées et émergentes, et joue un rôle important dans la création d’emplois, la production de revenus, la réduction de la pauvreté et le développement social. Si les agriculteurs, les agro-entreprises et même les nations veulent faire face aux changements de l’agriculture et de l’économie, ils doivent innover continuellement. » – Banque mondiale sur les systèmes d’innovation agricole (AIS)

/blockquote>

Agriculture Innovation Systems (AIS) vise à améliorer la productivité des agriculteurs.  Outre les approches classiques comme la formation et les visites régulières/systématiques, il y en a plusieurs autres comme les écoles de plein champ des agriculteurs (EFF), l’accès aux marchés ou les approches axées sur le marché…

Le potentiel des téléphones mobiles dans l’extension agricole

La connectivité des téléphones mobiles peut aider dans l’agriculture et le développement rural. D’après mon expérience, les agriculteurs doivent d’abord considérer les téléphones mobiles comme un outil de travail et non comme un luxe. Ils devraient être familiers avec leur téléphone lorsqu’ils l’utilisent.

Dans mon domaine, les téléphones portables sont utilisés pour informer les agriculteurs sur la demande et l’offre du marché, sur les débouchés du marché. Au Cameroun, par exemple, les actions du gouvernement dans les zones rurales sont principalement en faveur du secteur agricole. Souvent, les ONG travaillent avec le gouvernement pour les aider à atteindre certains objectifs nationaux. L’ONG camerounaise « Association Camerounaise pour la Dépense des Intérêts Collectifs » (ACDIC) a une bonne expérience de ces services.

Au Cameroun, les services de messages courts (SMS) sont utilisés pour diffuser de nouvelles politiques agricoles aux agriculteurs. Lorsque les agriculteurs planifient leur campagne agricole ou de nouveaux projets, ils peuvent les soumettre à des ONG liées à des donateurs ou à des décideurs communautaires. Cela permet à certains agriculteurs d’obtenir un soutien financier et/ou technique.  L’ACDIC a également utilisé des services de SMS pour informer les agriculteurs de la date de plantation ou de l’ensemencement en raison de la rareté des pluies. Cette année, environ 97 % des petits agriculteurs auraient manqué la disponibilité de semences pour une nouvelle variété de maïs. Mais en raison du fait qu’ils ont été informés par SMS avant la saison de plantation, ils ont pu accéder à ces semences.

La radio communautaire dans l’éducation et la formation des agriculteurs

Partout au Cameroun, la radio communautaire est un autre outil TIC utilisé pour atteindre les agriculteurs. Nous avons plus de 200 stations de radio communautaires (ou « locales ») en exploitation dans les régions rurales. Chaque radio a une journée spécifique sur laquelle elle se concentre sur l’agriculture. Ces émissions éduquent, forment et informent les agriculteurs sur divers sujets concernant leurs activités quotidiennes. Ce type de service a connu du succès au Brésil et en Inde. L’un des défis auxquels nous avons été confrontés au Cameroun était que toutes les émissions de radio locales devaient utiliser les langues locales, de sorte que les émissions étaient conçues et adaptées en fonction de leur zone cible.

Le succès de l’utilisation des radios communautaires par les ONG conduit l’État à s’impliquer. Ainsi, aujourd’hui, l’Agence nationale des télécommunications (CAMTEL) a multiplié sa couverture dans tout le pays afin d’atteindre la plupart des zones rurales, tant au téléphone, à la radio et à la télévision.

Youth and ICTs

les TIC jouent un rôle important dans le développement de l’agriculture, la sécurité alimentaire et le développement rural. Les TIC permettront aux agriculteurs de faire face à la mondialisation et à l’ère de l’information sans frontière et de tirer parti du commerce électronique, du commerce électronique, de l’apprentissage en ligne, de l’éducation en ligne….

Pour y parvenir, les jeunes doivent être inclus dans le processus d’innovation agricole, car ils sont cruciaux pour la croissance économique, la sécurité sociale, la stabilité politique… Les jeunes représentent plus de 60% de la population active dans le travail manuel dans tous les secteurs, et notamment dans l’agriculture. Ils dirigeront le monde demain et les TIC sont la clé de leur succès dans le monde en général, et dans l’agriculture en particulier. Blopost par Nestor Ngouambe et originalement posté dans le FARA-AASW Blog. Photo reproduite avec l’aimable autorisation de Farmer Radio International.