décembre 3, 2022

Gestion des truies en 2022 et au-delà

Gestion des truies en 2022 et au-delà

L’une des forces motrices de toute exploitation de truies est d’assurer une rentabilité et une performance continues. Au cours des prochaines années, les producteurs seront confrontés à des défis et à des opportunités croissants dans plusieurs domaines.
Attirer et retenir des employés de qualité restera une préoccupation. La main-d’œuvre a toujours été un problème dans l’agriculture, mais la situation est devenue critique dans de nombreuses exploitations de truies.
Pour Fred Kuhr, superviseur de la production des truies et de la finition chez Dykhuis Farms, situé à Hamilton, dans le Michigan, il est devenu courant de passer en revue les opérations quotidiennes de la ferme pour voir quand et où elles peuvent être plus efficaces. Cette exploitation de 17 000 truies emploie 70 personnes à temps plein.
« Nous avons eu la chance de pouvoir garder de bons employés », explique Fred Kuhr. « Mais je passe beaucoup de temps à essayer de comprendre comment je peux ajuster les processus de l’exploitation pour qu’ils demandent moins de travail sans surcharger mes employés. »
Mark Knauer, professeur associé et spécialiste de la vulgarisation porcine à l’Université d’État de Caroline du Nord, estime que les producteurs devraient revoir tous les aspects de l’exploitation pour améliorer l’efficacité à la lumière de la pénurie de main-d’œuvre. « Il y a probablement des choses qui sont faites à la ferme maintenant qui ne nous donnent peut-être pas le retour sur investissement que nous pensons, ou qui pourraient être modifiées pour être faites plus efficacement », dit-il.

Riche en données, pauvre en analyse de données

Les producteurs peuvent bénéficier de l’analyse des données qui sont actuellement collectées. « À l’heure actuelle, l’industrie porcine, en général, est riche en données et pauvre en analyse de données. Il y a une énorme quantité de données collectées dans tous les domaines de la production », dit Knauer, « et bien qu’il existe maintenant des logiciels qui peuvent aider à analyser ces données, je ne pense pas que les données soient utilisées autant qu’elles pourraient l’être. »
Selon M. Knauer, les outils d’analyse des données existantes vont continuer à s’améliorer, fournissant des informations sur la production en temps réel qui peuvent aider les producteurs à prendre des décisions de gestion plus éclairées.
Les employés joueront un rôle précieux dans la mise en œuvre de ces décisions fondées sur les données.  » La démographie des employés évolue « , explique Sergio Canavate, responsable des services techniques chez PIC. « Les jeunes milléniaux arrivent sur le marché du travail et sont nés avec un téléphone portable à la main. Ils sont à l’aise avec la technologie et savent comment l’utiliser. Ainsi, au lieu de travailler avec un cahier, ils travaillent avec un iPad et peuvent examiner les données en un instant. C’est à nous, dans l’industrie, de comprendre leur niveau d’éducation et la façon dont nous pouvons utiliser leur ensemble de compétences. »

Gérer les défis

En plus des problèmes de main-d’œuvre, il faut gérer les défis du marché. « Les ingrédients alimentaires représentent un tiers du coût de production des porcs sevrés », explique Canavate. « Nous devons donner la priorité aux pratiques de gestion pour nous concentrer sur la maximisation des performances et l’optimisation du coût de production et de la rentabilité. »
Cela implique de surveiller de près la gestion de l’état corporel. « Nous devons nous assurer que nous alimentons de la manière la plus efficace, car la suralimentation a un impact direct sur l’efficacité de notre reproduction », explique Canavate. « Dans le département de l’élevage, il est impératif d’atteindre les objectifs de reproduction, mais nous devons prendre soin des femelles élevées dans le troupeau. »
Canavate affirme que la gestion des cochettes est essentielle. « Nous devons surveiller attentivement notre sélection de cochettes, et regarder la croissance, la structure des pattes, la solidité et la santé de l’animal », dit-il. « En fin de compte, les cochettes que vous sélectionnez sont l’avenir de votre exploitation, alors continuez à pousser pour des cochettes qui auront une longévité et une rentabilité. »
Les producteurs doivent également être conscients des initiatives en matière de bien-être animal et de l’impact qu’elles peuvent avoir sur leur exploitation. La proposition 12 de la Californie a attiré beaucoup d’attention, mais ce n’est pas la première initiative en faveur du bien-être des animaux, et ce ne sera probablement pas la dernière. « Ces propositions font définitivement partie du paysage agricole », dit M. Canavate. « Il est important d’être conscient de ces questions et de l’impact qu’elles pourraient avoir sur votre exploitation. »
La biosécurité est plus critique aujourd’hui que jamais. « Nous avons constaté que la peste porcine africaine fait l’objet d’une grande attention au niveau national », indique M. Canavate. « Mais au niveau de l’exploitation, nous devons nous assurer que nos mesures sont tout aussi rigoureuses. Cela inclut des mesures pour les ingrédients des aliments pour animaux, les employés, le transport et les fournisseurs – chaque niveau de l’exploitation. »

Rappelons-nous les bases

La plupart du temps, cependant, une gestion réussie se résume aux bases. Avec une gestion parfois tendue et des délais serrés, négliger même de petits détails peut avoir un impact sur le résultat net.
« Il y a les éléments de base, comme l’accouplement des truies et la fourniture d’une alimentation et d’une eau adéquates », dit Knauer. « Mais il faut aussi s’assurer que l’on ne gaspille pas d’aliments. J’ai récemment travaillé avec une ferme où l’on nourrissait à la main et où la consommation d’aliments pour la lactation était anormalement élevée. Après avoir examiné les informations et les données, nous avons déterminé qu’ils mettaient trop d’aliments dans les mangeoires, qu’ils se gâtaient et qu’ils finissaient par les jeter. C’était une simple question de dépannage, d’examen des données et d’inspection de l’exploitation. »
Même les opérations les plus efficaces peuvent bénéficier d’un auto-audit. « En travaillant avec un autre producteur, nous avons remarqué que l’eau était placée trop près du nourrisseur de lactation, ce qui faisait que les truies recevaient beaucoup d’eau dans l’alimentation. Les employés devaient alors racler la nourriture, ce qui leur coûtait de la main-d’œuvre », explique M. Knauer.
« Nous avons déplacé les abreuvoirs, ce qui n’a pas coûté grand-chose. Nous avons déplacé les abreuvoirs, ce qui n’a pas coûté grand-chose. Ce petit déplacement a permis de réduire la main-d’œuvre nécessaire pour racler les mangeoires et de diminuer le gaspillage d’aliments », ajoute-t-il. « Parfois, ce ne sont que des petites choses. Mais c’est ce qui s’est produit après avoir examiné les données relatives à l’alimentation et après avoir examiné de plus près les étables. »