décembre 7, 2021

EXCLUSIF JPMorgan va restreindre la négociation de certaines actions de cannabis aux États-Unis – lettre

Une vue de l’extérieur du siège social de JP Morgan Chase & Co. à New York, le 20 mai 2015. REUTERS/Mike Segar/File Photo

2 novembre (Reuters) – JPMorgan Chase & Co (JPM.N) a annoncé aux clients de ses services de courtage de premier ordre qu’ils ne pourront plus acheter certains titres américains liés au cannabis à partir du 8 novembre, selon une lettre consultée par Reuters.

Cette décision fait suite à des mesures similaires prises par d’autres banques, dont Credit Suisse, après l’effondrement très médiatisé du fonds privé Archegos Capital cette année, qui a laissé plusieurs banques avec des pertes.

Cette saga a attiré l’attention des régulateurs et a incité les banques de Wall Street à revoir le niveau de risque qu’elles sont prêtes à assumer dans leurs activités de courtage de premier ordre.

Alors que de nombreux États ont légalisé l’usage médical ou récréatif du cannabis, cette substance reste illégale au regard de la loi fédérale américaine, ce qui rend risqué pour les banques de traiter avec des entreprises liées au cannabis.

« J.P. Morgan (JPMS) a mis en place un cadre destiné à se conformer aux lois et réglementations américaines sur le blanchiment d’argent en restreignant certaines activités sur les titres des entreprises américaines liées au cannabis », a écrit la banque à ses clients.

À partir du 8 novembre, la banque n’autorisera pas les nouveaux achats ou les positions courtes dans les entreprises liées à la marijuana, mais les clients ayant des positions existantes seront autorisés à les liquider, a-t-elle précisé.

Les restrictions s’appliquent aux sociétés ayant des activités aux États-Unis qui ne sont pas cotées au Nasdaq, à la Bourse de New York ou à la Bourse de Toronto et qui ont un « lien direct avec les activités liées à la marijuana ».

Le Nasdaq et la Bourse de New York autorisent certaines sociétés liées au cannabis – y compris les sociétés canadiennes qui ne vendent pas de cannabis aux États-Unis – à coter leurs actions, mais ne coteront pas les sociétés impliquées dans la culture ou la vente directe de la plante de marijuana.

Toutefois, ces sociétés ont encore trouvé des solutions de contournement pour se négocier sur les marchés hors cote.

Cowen and Co, une autre banque américaine active dans le domaine du commerce du cannabis, a augmenté en septembre ses exigences de marge en espèces pour toutes les transactions liées à la marijuana sur sa plateforme, selon une lettre envoyée aux clients.

Un représentant de Cowen n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Certains investisseurs ont attribué les récentes baisses des stocks de cannabis américains au fait que les banques se sont retirées du secteur et les nouvelles restrictions de JPMorgan et Cowen pourraient ajouter à la pression.

Le fonds négocié en bourse MSOS, qui suit les valeurs américaines de la marijuana, a perdu la moitié de sa valeur depuis le sommet atteint en février.